AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
281 résultats
Bruits de coursive : Evènements
Accueil > Bruits de coursive > Evènements > Le coeur en boîte, au coeur de Paris, du 11 au 29 février 2016

Le coeur en boîte, au coeur de Paris

Photographies

Romain Potocki

Chez Mer et Voyages du 11 au 29 février 2016

75 rue de Richelieu, 75002 Paris
01 49 26 93 33

Situer le lieu


 

voir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporama Romain, c’est une belle âme… bien vivant, les cheveux dans le vent, comme le nez. Quand il vous parle, il est là, les yeux plantés dans les vôtres, joyeux… Il écoute autant qu’il donne, généreusement. 

Ce serait dommage de rater le vernissage de son exposition, car en plus d’avoir des choses à dire sur son voyage à bord du Marco Polo de la compagnie CMA-CGM, il est photographe… photo journaliste en fait… 

Romain Potocki vit entre Paris et l’Afrique, où il retourne dès qu’il le peut. Il lui arrive de passer par le Pôle Nord ou la Sibérie, et bien souvent il revient en Italie… Comme il le dit volontiers lui-même, il est « itinérant ».

Si vous lui demandez « ce qu’il fait dans la vie », ce n’est bien sûr pas ce qu’il vous répondra. Non, il dira selon l’humeur « reporter, photographe, journaliste, réalisateur, ou écrivain », métiers qu’il pratique depuis plus d’une dizaine d’années, un peu partout dans le monde, de façon souvent simultanée et toujours passionnée. Ou plus simplement il vous dira qu’il aime raconter des histoires.

Mais au fond, et même si c’est un chemin qui rapporte plus de lumière que d’espèces sonnantes et trébuchantes, Romain Potocki est « itinérant ». Inconditionnellement. Allez savoir si c’est pour ça qu’on l’a toujours surnommé Rom…

Alors, le coeur en boite ?

Et bien…. « Dans la marine marchande, on ne parle pas de « containers » mais de « boîtes ». Ce sont elles qui renferment le frigo, la télé, le pull, le vélo ou les jouets de Noël que vous venez de commander sur internet.

A l’autre bout de votre clic, il y a le Marco Polo, 400 mètres de long et 200 000 tonnes une fois chargé. Des boîtes, il peut en porter jusqu’à 16 000 à son bord.

Les chiffres dépassent vite l’imagination, alors regardez autour de vous.

Sur les 16 articles les plus importés en France, 12 sont… chinois. Autant vous dire que votre cœur a fait un long voyage, et qu’il l’a fait dans une « boîte ».

Le Marco Polo est le visage concret de la mondialisation – ou plus exactement c’est son ventre. Des ports de Chine, les plus grands du monde, à ceux d’Europe (en passant par Singapour, Suez ou Tanger), il en incarne la démesure.

Et surtout la place qu’elle réserve à l’homme.

Tout au long de mon voyage, j’ai été fasciné par ces « boîtes » – leur fracas, leur masse, leurs couleurs – et par ceux qui les manient au centimètre près.

Mais dès qu’on essaie de raconter ce bateau gargantuesque, la mer immense tout autour ou les 30 millions de containers qui transitent chaque année par le port de Shangaï, le plus grand du monde… c’est comme si l’homme avait disparu.

Cherchez-le bien, il est sur la photo. Tout au bord d’une rembarde, habillé d’orange et d’un dérisoire casque jaune, coiffé de milliers de tonnes de marchandises.

L’âme en couleur. Mais le cœur en boîte. »