AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
277 résultats

de Fos sur Mer vers New York

REF 7310 13 jours | 1 départ par mois A partir de 1820 € / pers
Transmettre à un ami Télécharger
selectionner demander un devis
Fos-sur-Mer (France), Barcelone (Espagne), Valence (Espagne), New York (USA)

Tarifs

Cabine double 1820 € Demander un devis
Cabine individuelle 2340 € Demander un devis

Infos budget

Il convient de prévoir les taxes et frais suivant pour calculer le prix total de votre voyage
  • Les frais de dossier s'élèvent à 67 €


Ce prix comprend

Tarif TTC par personne, en pension complète

Ce prix ne comprend pas

- les frais de dossier
- les frais obligatoires imposés par l'armateur permettant de couvrir les frais d'un éventuel hélitreuillage
- les frais de banques éventuels
- les assurances (obligatoires)
- les acheminements
Tarifs sujets à modification, se renseigner
Commentaire de shanti
Publié le 16/09/2018Pas de notes
Voici quelques points forts de cette aventure: fascination des chargements et manoeuvres portuaires,rencontre avec 3 autres passagers, contacts chaleureux et beaux échanges de vie avec tout l'équipage, délicieux repas préparés par le chef sri-lankais, rencontre avec les dauphins qui jouent avec le cargo. Immersion dans la nature: ciels toujours changeants dans une palette de bleus gris pastels,étoiles,arc-en-ciel,orages qui soulèvent des paquets d'eau, se laisser "perdre" dans cet univers infini ou ciel et mer se confondent. Grande liberté sur le cargo en respectant quelques règles de sécurité. Cabines top.On a du temps et on le savoure,malgré cela ça passe trop vite et on a eu bien du mal à se quitter à l'arrivée, le second nous a même proposé de rester un jour de plus sur le cargo!Et les 1ères lumières de N-Y magique!
Commentaire de Bernard Schumpp
Publié le 05/02/20185
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 5/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 5/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

En fait ce voyage n'est que la confirmation d'un précédant sur un autre cargo porte conteneurs le CMA CGM Otello en mer du nord en 2017 qui a durer une semaine . Cette fois ce sera le CMA CGM Amber qui va être ma " maison " .
Mon périple est prévu entre Fos sur Mer et New York en janvier 2018 . Des escales à Barcelone et Valence sont prévues pour chargement et déchargement de " boites" avec une estimation de traversée de 10 jours en mer . J'arrive donc à Marseille venant de Paris le 1er janvier pour embarquement le 2 mais le bateau ne sera à quai que le 4 pour des raisons évidentes de trafic en amont .
Je passe donc ces deux jours dans Marseille que je ne connais pas mais avec un peu d'anxiété de l'attente et de cette nouvelle vie qui arrive . Enfin il est arrivé , confirmation de CMA , train pour Fos , taxi , je ris en pensant à ces petits kilomètres ridicules comparés à ce qui m'attends . Et le voilà c'est lui il est énorme quoique un petit moins grand que l'Otello mais peu importe , désormais c'est mon navire et c'est chez moi .
Au pied de la coupée je regarde vers le haut , deux marins équipés sécurité me font des signes d'amitié et de bien bienvenue alors que l'un deux descend l'échelle pour me dire bonjour et embarque mon sac . J'apprécie parce qu'il est un peu lourd et les marches sont grasses mieux vaut assurer mon arrivée . Pont U , deck office , sourires , poignées de mains mon nom est déjà inscrit sur le tableau d'embarquement avec un autre compagnon . OK je parle quand même un peu l'anglais (restons modeste) mais cette langue parlée par des Shri Lankais : dur dur !! Enfin l'aventure étant l'aventure je me laisse guider par le " Mess Man" qui me conduit pont E , en haut , par l'ascenseur c'est mieux car il y a quatre autres ponts avant d'y arriver . Ma cabine ne me surprend pas , décors moderne , simple mais pratique et confortable , moquette, toilettes intégrées j'ai déjà vu sur l'Otello , hublot carré vers la proue et sans conteneurs devant (ce sera utile) Promis c'est beaucoup mieux que certaines chambres d'hotel . Pendant que je range mes affaires un second officier me demande de l'accompagner pont U au deck office pour quelques formalités d'usages , présentation au "chief officer " (le second) charmant et élégant jeune gars de trente ans ,trois galons , il est roumain il s'appelle Bogdan Padineanu , sourires poignée de mains , bienvenue à bord !! je me sens bien . On me donne un gilet fluo de sécurité de la compagnie et un casque avec CMA CGM marqué dessus , je m'intègre à cet équipage .
Brèves consignes de sécurité : le bateau m'est accessible partout sauf sur les aires de stockage des boites pendant les manoeuvres de chargement déchargement et sur l'avant en cas de tempête , pour moi c'est une évidence . J'aurais aussi la possibilité de visiter la machine mais accompagné de l'ingénieur mécanicien , encore une évidence .
Premier rendez vous important , il est midi direction le mess des officiers pour déjeuner , un peu timide je franchis le seuil qui est au pont A pour y rencontrer l'autre passager qui est déjà là mais aussi le cuisinier (chief cook) Philip Haluge et son aide tous les deux Shri Lankais . Mon collègue est français mais il travaille à San Francisco dans une start up c'est reposant de parler sa langue :-) Enfin voici l'état major 6 officiers tous roumains dont le commandant : le "Captain" Cornelui Constantin Vlad . On se lève , nouvelles présentations sympathiques , je connais déjà , Bogdan , il y aussi l'ingénieur mécanicien grand et bourru qui se révélera très cordial , le deuxième officier mécanicien , l'ingénieur électricien machine silencieux et l'ingénieur électricien des "reefers" (conteneurs frigos) . Ces hommes sont les premiers officiers , ils mangent ensemble à leur table réservée , les seconds et troisièmes officiers ont leur propre table tout comme les passagers mais dans le même espace . L'équipage (crew) à son propre mess de l'autre côté de la cuisine mais tout le monde mange pareil . Enfin presque car seuls les passagers ont droit à un excellent vin californien le soir , merci commandant !
On part début AM , le pilote est bord , un remorqueur à l'arrière nous tire vers le centre du bassin tandis que le moteur de coque avant écarte la proue du quai , il fait beau j'ai investi les ailerons extérieurs mais déjà on m'invite dans le saint des saints : "le bridge" c'est la passerelle de commandement . Je connais déjà ce genre d'endroit depuis l'Otello mais c'est tout de même très impressionnant d'être là , j'ai ce sentiment d'exception d'être dans un lieu stratégique que très peu de personne au monde connaissent , j'en suis fier ! Attention toujours saluer les personnes de quart en arrivant , le commandant et le second sont en chemise blanche galons aux épaules un geste de la main ils nous ont vu ils répondent de la même façon . En mer et avec un peu plus d'habitude le salut sera souvent ponctué d'un "hello" ou "Hi" voire d'une main sur l'épaule pour l'officier et le timonier , mais pour le commandant ce sera "Morning captain !" avec un serrage de main , mais de toutes façons le respect et la politesse s'impose à tous , ne pas faire bruit inutile et surtout ne pas fumer et encore moins faire des photos flashes la nuit . Je vais apprendre à dépasser une certaine timidité en parlant avec les officiers pendant les quarts , je crois même qu'ils aiment ça .
Le bridge va devenir mon deuxième centre de vie , on domine ici , on peut utiliser les jumelles disponibles , consulter les cartes , visionner les écrans radars surtout la nuit et puis le café est meilleur avec des petits gateaux :-)
Bon nous sommes en route vers Barcelone , une journée dans le golfe du Lion , belle mer et puis le commandant nous annonce que ce port est très encombré suite à une fermeture pour une tempête . Quand on arrive il y a déjà 6 navires à l'ancre on fait pareil et attend . On attendra 4 jours !!!! Bouchon sur l'eau et les navires qui arrivent plus qu'ils ne rentrent à la fin on sera une vingtaine dans la rade . Seul incident un jour au mess les officiers quittent la table en urgence , il fallait manoeuvrer car l'ancre dérapait . Et puis un soir notre commandant joyeux nous annonce qu'enfin nous rentrons dans le port dans la nuit (3h du matin) Je suis sur le bridge avec mon collègue , silence partout , lumières d'ambiance éteintes seuls les écrans radars illuminent de leur lumière bleue les visages du captain et de l'officier de navigation . On navigue en silence au milieu des autres , 190 000T qui se faufilent entre les ombres et s'alignent dans la passe des navires marchands , du grand art ! Je suis sidérer , les lumières d'Espagne s'avancent en silence seul le joyeux pilote catalan qui arrive et lance son "Muy bien Capitan " agrémente cet instant de concentration .
On restera 12 heures à quai , départ le lendemain vers 13h pour Valence toujours le beau temps . Deux jours plus tard nous y sommes , la manoeuvre d'accostage est une merveille de précision entre un autre cargo et le quai perpendiculaire , une affaire de quelques mètres , bravo le commandant , bravo les remorqueurs , bravo le pilote . Je suis mord de rire en pensant aux personnes qui ne peuvent pas garer une Clio entre deux autres voitures à Paris . A peine 12 heures plus tard on repart mais cette fois pour du sérieux , Gibraltar et puis l'atlantique nord en hiver qui ne peut pas être comparé au lac d'Annecy en été !!!! Mais je reste serein je ne connais pas le mal de mer et puis une petite tempête sera toujours un sacré souvenir non ? . J'ai un nouveau compagnon , le précédent ayant du partir en urgence à Valence pour son travail aux USA . Cette fois je suis avec Romuald un franco canadien du Québec donc qui parle français , c'est bien pour nos futures très longues conversations du soir devant une bonne bouteille de la cave du Amber .
Long trajet je trouve pour accéder au "rocher" toujours par beau temps , beaucoup de bateaux dans les deux sens , à droite vers l'océan à gauche pour la rentrée en Méditerranée . Le voilà ce cap stratégique si gardé pendant les guerres mais aujourd'hui il se découpe tranquille dans une légère brume entre deux cargos aux coques rouges , ça fera une belle photo . Il y a des petits voiliers de particuliers qui naviguent dans ce maelström de cargos , pas peur les gars !
Bon nous sommes le 10 janvier on file 16 noeuds cap au 275 on recule d'une heure . Le bateau tangue très légèrement et l'étrave s'enfonce dans le bleu marine avec quand même des gerbes d'écumes qui nous rappellent que la grande houle de l'atlantique ne nous quittera plus . C'est génial car c'est comme un bercement qui nous fait énormément dormir . Je me sens en parfaite sécurité la nuit dans ma cabine . Le lendemain grande ballade sur le pont U celui des conteneurs avec mon collègue et un deuxième officier qui nous explique l'organisation du chargement . L'air est doux et nous allons ainsi jusqu'à l'étrave pour voir le "bulbe" qui facilite notre progression . Ici c'est l'endroit où le tangage est le plus sensible mais je ne ressent presque rien , il faut faire corps avec le bateau , n'être qu'un élément de son unité et devenir ainsi un élément stable dans le mouvement d'ensemble de celui ci . L'écran radar va rester vide de spots pendant toute la traversée sauf un pêcheur au large des Açores qui bouge énormément dans la houle et un petit pétrolier en plein centre de l'atlantique , sinon nous sommes seuls .
On traverse des grains , les milliers de tonnes du navire pulvérisent les vagues montantes de la houle de face et aux instants du choc tout vibre un instant à bord , deux puissances qui s'affrontent . Rien sur le radar , la voie lactée nous enveloppe de sa nuit , nous sommes seuls les problèmes terrestres ne sont pas les miens .Au centre de l'atlantique ce 14 janvier on échappe à d'autres grains mais le soleil est présent très souvent , il fait très doux , je suis en short et tee shirt sur la passerelle .
Visite de la machine le lendemain avec notre ingénieur mécanicien finalement très accord qui nous entraîne dans cette cathédrale d'acier .J'ai beau être prévenu de ce genre de lieu je suis à chaque fois soufflé de l'importance de la partie "énergie" d'un cargo . Le poste de commandement machine est climatisé et insonorisé . Pas le reste par contre tout est très peu sale , pas d'huile ni de graisse qui traînent , ici les maîtres mots sont efficacité et ordre . Un grand merci à Monsieur Mihail Tipa notre Chief Engineer qui s'est révélé drôle pour cette visite amicale et sympathique nous sommes entre bonnes mains .
Le lendemain j'ai appris à lire un radar et notamment à ne pas confondre l'écho d'un navire avec la trace des grains de pluie et la crête des grosses vagues .De toutes façons tout ce qui est très bas sur l'eau ne se détecte pas au radar pour preuve nous avons croisé "à toucher " une bouée dérivante de pêcheur que nous avons vu au dernier moment à la jumelle . Des dauphins jouent avec nous avec une vitesse surprenante
16 janvier , nous sommes dans la latitude du Canada , il fait un peu plus froid la houle s'accentue il pleut la grisaille s'installe , nous appercevont ce soir un petit cargo en route parallèle et nous passons au sud de la position du naufrage du Titanic (49°95 Long N - 41° 85 Lat W) Je remercie le Amber de ne pas me mettre dans la situation du type qui doit sauter à l'eau ici .
18 janvier 2018 On arrive dans les eaux US , fini la rigolade, il fait gris il bruine il ne fait que 4° mais avec le vent c'est terrible . Bonjour bonnet parka et foulard sur les ailerons et encore c'est limite . le soir le ciel se dégage sur un fond rouge sang admirable pour le coucher de soleil , signe de gel . Beaucoup de navires en approche c'est normal . A table le soir avec mon collègue nous levons notre verre pour les officiers et le commandant présent en guise de remerciements pour leur accueil . Congratulations réciproques , sourires tout va bien , la marine tient toujours ses promesses d'élégance et de respect entre les hommes !
19 janvier 2018 : 3. 30 AM nous sommes devant NYDC . C'est féerique une fine ligne de lumières basses pointillent l'horizon , j'ai l'impression d'arriver sur une base spatiale dans un film de science fiction . Le pilote US est déjà à bord , les chiffres en anglais du cap à maintenir s'égraine dans un silence total . Cette fois les officiers ont mis leur pulls , dehors les pont sont gélés il fait - 5° au thermomètre mais avec le vent humide il doit bien faire plus de - 10° . C'est positivement glacial , le café chaud de la passerelle fait du bien . Petite allure à 10 noeuds qui nous fait glisser progressivement sous le pont Verrazano illuminé en plein c'est incroyable cette chance d'être ici . des marins commencent à casser la pellicule de glace sur l'aileron tribord pour pouvoir y accéder en sécurité .
Un deuxième pilote arrive à bord pour nous guider vers le port de Newark . Il doit vraiment faire froid car il porte un anorak polaire avec plein de fourrure autour la capuche , on ne voit presque plus son visage . Il retire sa veste et ses gants et dirige la manoeuvre , on lui porte un café !
ET puis , et puis wahou !! le miracle de l'aube glacée qui se lève derrière Manhattan en ombres chinoises . Le ciel est rouge orangé c'est mirifique j'en ai les larmes aux yeux ( peut -être aussi à cause du froid!) Terminé pour les machines .
On boit un autre café avec les pilotes qui me souhaitent un bon voyage aux US car je continue et avec le commandant .
C'était formidable à coup sûr je vais recommencer
Bon il faut débarquer après avoir vu les deux officiers de police US de l'immigration qui sont montés à bord . Ceux là ne rigolent pas du tout , debout devant eux ils regardent mon visa assez longtemps puis me regardent et c'est: "all right , you can go !"
Photos avec le Commandant et Bogdan remerciements, je tombe dans les bras du cuisinier de son aide et de quelques matelots , on porte mon sac à terre , dernière tape sur l'épaule et je continue mon trip maintenant dans New York et vers l'ouest . On the road again man !

je remercie Sophie de Mer et Voyages pour sa gentillesse et sa cordialité , je tiens également à remercier la compagnie CMA CGM pour avoir accepté de m'embarquer sur ses navires .
Puisse cette compagnie transmettre au Commandant Corneliu Constantin VLAD au Chief Officer Bogdan PADINEANU au Chief Engineer Bogdan Mihail TIPA et au Chief Cook Kapila Sisira Kumara Philip HALUGE l'expression de toutes mes cordialités pour leur accueil à leur bord ainsi que mon plus profond respect pour leur métier. Je ne saurais jamais les oublier .

A bientôt chère Sophie pour ce mardi 6 à 19 heures

Bernard Schumpp
Commentaire de Annie Marc
Publié le 08/10/2017Pas de notes
Traversée Fos/Mer à New York

Nous avons effectué du 13 au 25/9/2017 notre 1er voyage en cargo de Fos-sur-Mer à New York.
A l’embarquement, un membre de l’équipage est venu chercher nos valises au pied de l’échelle de coupée. Avons été très bien accueillis par le steward, sri-lankais, ainsi que par le « second », roumain parlant français. Nous avons eu la chance d’avoir la cabine de l’armateur, très confortable et spacieuse.
Visite complète du bâtiment avec le capitaine qui nous a donné toute liberté pour venir sur la passerelle de commandement, jour et nuit.
2 escales nous ont permis de visiter Barcelone et Valence.
Beau temps et mer calme tout le long, pas de mal de mer donc.
Nous garderons un très bon souvenir de ce voyage. Avons été impressionnés par le travail des dockers et le ballet incessant des engins de levage des containers sur le quai. Et l’arrivée à New York fut grandiose.
Après coup, nous pensons qu’il y a 2 types de voyages en cargo : celui ponctué par de fréquentes escales permettant de faire des visites ; et la traversée océanique qui impose un rythme de vie « plus monacal ». Enfin, il nous semble impératif de pratiquer un minimum d’anglais (excepté pavillon français).
Commentaire de nicole
Publié le 03/06/2017Pas de notes
nous sommes partis le 2 mai de Fos-sur-Mer pour New-York. Durée de la traversée 13 jours.
Nous nous faisons très vite à notre environnement, notre cabine est vaste et bien équipée, notre unique co-voyageuse très sympathique. l'équipage, des Roumains et des Sri-Lankais, est en majorité agréable (un homme se montre désagréable, mais bon...il en faut bien un?)
la traversée a été fort agréable, on prend un petit rythme, on regarde le temps passer...il faut savoir s'occuper et être bien avec soi-même, car il n 'y a rien à faire sur un porte-container au milieu de l'océan!
ce fut une très belle expérience, que je recommande à chacun...qui n'a pas peur de l'inaction.
petit bémol: personne n'a nettoyé notre cabine pendant treize jours...cela devenait un peu limite! alors que cela aurait dû être fait (c'était écrit sur les instructions de bord)
Commentaire de VOILIÉ
Publié le 16/04/20175
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 5/5
Etat du navire : 4/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 4/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

Voyage ravissant de Fos à NYC en 14 jours à bord du PC CMA-CGM FLORIDA commandé par le capitaine Alexandru Babu.
Pour qui aime la "marmar", la navigation, mais aussi l'acier et le bruit et chez qui l'ennui fait place à la contemplation, c'est idéal.
Ambiance professionnelle et bienveillante, équipage parfait et disponible. Accessibilité aux plages avant/arrrière, aux balcons ainsi qu'en passerelle où la discrétion s'impose, cela va de soi. Cabines plutôt luxueuses et adaptées à qui aime lire, écrire, dessiner. Une traversée de l'Atlantique donc riche en relations humaines, riche en inspirations et riche en humilité.
NOS GARANTIES :