AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
277 résultats

Cap sur l’Asie en cargo

REF 370 84 jours | 2 départs par mois A partir de 10920 € / pers
Transmettre à un ami Télécharger
selectionner demander un devis
Le Havre, Canal de Suez, Jebel Ali (Emirats Arabe Unis), Port Kelang (Malaisie), Xiamen(Chine), Tianjinxingang (Chine), Busan (Corée du Sud), Ningbo (Chine), Shanghai (Chine), Yantian (Chine), Singapour, Canal de Suez, Algeciras (Espagne), Southampton (Grande-Bretagne), Dunkerque (France), Hambourg (Allemagne), Rotterdam (Hollande), Southampton, Le Havre

Tarifs

Cabine double sur les autres navires 10920 € Demander un devis
Cabine double à bord du J Mermoz et L Bleriot 17640 € Demander un devis
Cabine individuelle sur les autres navires 12600 € Demander un devis
Cabine individuelle à bord du J Mermoz et L Bleriot 19320 € Demander un devis

Infos budget

Il convient de prévoir les taxes et frais suivant pour calculer le prix total de votre voyage
  • Les frais de dossier s'élèvent à 67 €


Ce prix comprend

Tarif TTC par personne, en pension complète

Ce prix ne comprend pas

- les frais de dossier
- les frais obligatoires imposés par l'armateur permettant de couvrir les frais d'un éventuel hélitreuillage
- les frais de banques éventuels
- les assurances (obligatoires)
- les acheminements
Tarifs sujets à modification, se renseigner
1 images
Commentaire de Etienne L
Publié le 16/07/2018Pas de notes
Ce grand voyage de près de 3 mois à bord du MARCO-POLO, souhaité et préparé de longue date, a constitué une totale découverte, ma culture maritime étant inexistante. Au-delà des nombreux agréments de ce périple, je veux surtout en souligner une caractéristique: ce voyage est marqué de façon omniprésente par de nombreux paradoxes, et c'est ce qui en fait une expérience personnelle exceptionnelle.

Si le billet pour un cargo a bien un coût non négligeable, ce coût est sans rapport avec le luxe rare que représente la possibilité de faire près de 43.000 kilomètres autour de la planète (en tout confort) et de disposer de tout le temps pour en profiter pleinement.

Plongé dans une forme particulière de « tourisme industriel et technique», on se surprend pourtant sans cesse à ressentir de fortes émotions esthétiques produites par le gigantisme et la majesté du navire, le spectacle toujours changeant de la mer et du ciel, les dauphins, les baleines, les poissons volants, les grands oiseaux de mer, le ballet des navires et des machines dans les ports et même par les zones industrielles illuminées et la salle des machines.

Les réalités très pragmatiques du commerce international et de la marine marchande, dont le conteneur est le symbole même, sont appréhendées de façon très concrète même par un non initié. Les sommes en jeu sont vertigineuses, les responsabilités écrasantes. Et pourtant, l'observation de la mer, du ciel et de la nature mais aussi du travail des hommes, tout cela relève d'une poésie éternelle. Une poésie qui continue d'ailleurs d'habiter tous les marins, pour peu qu'on les pousse un peu à vous en parler...lorsqu'ils en ont le temps.

Le passager lui-même se doit de développer dans cet environnement très inhabituel de nombreuses aptitudes apparemment paradoxales. Il n'est en effet pas neutre de passer ses vacances sur un lieu de travail, qui plus est particulièrement contraint, surtout lorsqu'on est le seul passager comme cela a été mon cas. Cette situation originale constitue ce qu'on peut qualifier de « paradoxe fondateur ».

C'est ainsi qu'Il faut être parfaitement autonome et indépendant mais discipliné et très sociable. Il faut être discret et patient mais attentif et curieux. Il faut savoir rester silencieux mais avoir la conversation facile. Il faut être parfaitement organisé mais savoir improviser et s'adapter en toutes circonstances. Il faut en permanence rester prudent et lucide sans que cela gêne le plaisir de la découverte ou ôte toute spontanéité. Il faut goûter le temps qui passe parfois lentement sans toutefois tomber dans l'ennui.

Enfin, et c'est à mon avis le paradoxe le plus évident et le plus stimulant, il faut accepter une forme d'enfermement, de huis clos permanent, et pourtant avoir pleinement conscience de jouir d'une liberté totalement incomparable. D'ailleurs si incomparable, qu'une fois rentré chez soi, on ne peut s'empêcher de réfléchir au prochain voyage en cargo...

Etienne
NOS GARANTIES :