AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
290 résultats

vers les grands ports européens (Pavillon français)

REF 2876 10 jours | 1 départ tous les 2 mois A partir de 1500 € / pers
Transmettre à un ami Télécharger
selectionner demander un devis
Le Havre, Rotterdam (Hollande), Hambourg (Allemagne), Anvers (Belgique), Le Havre

Tarifs

Cabine double 1500 € Demander un devis
Cabine individuelle 1700 € Demander un devis

Infos budget

Il convient de prévoir les taxes et frais suivant pour calculer le prix total de votre voyage
  • Les frais de dossier s'élèvent à 67 €


Ce prix comprend

Tarif TTC par personne, en pension complète

Ce prix ne comprend pas

- les frais de dossier
- les frais obligatoires imposés par l'armateur permettant de couvrir les frais d'un éventuel hélitreuillage
- les frais de banques éventuels
- les assurances (obligatoires)
- les acheminements
Tarifs sujets à modification, se renseigner
Commentaire de Geneviève et Gérard
Publié le 20/09/20185
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 5/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 4/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

Première expérience en cargo, peut-être pas la dernière. Nous avons plus qu'apprécié ce voyage sur le CMA CGM Amerigo Vespucci. Le commandant français n'était pas avare d'explications... et d'humour. Tout l'équipage était accessible et ouvert. Accès à la passerelle, visite des machines, précisions sur le chargement (un mystère), largage des amarres, mouillage de l'ancre, arrivée en hélicoptère d'un pilote, information sur les mesures de sécurité, etc nous en avons eu plein les yeux. Il n'a manqué qu'une petite tempête (mais non!) et l'attaque des pirates (mais non, bis). Il n'y en a pas dans la mer du Nord. A la proue, fendre les flots dans un grand silence: le rêve. La nuit, le calme revenu sur la passerelle, la mer est belle et les timoniers philippins prolixes. A quai la danse nocturne des conteneurs est spectaculaire.
Le long de cet itinéraire, nous avons aperçu éoliennes, plateformes de gaz, autres navires bien sûr, mais aussi de beaux paysages le long de l'Elbe et de l'Escaut. Sans oublier des installations que l'on aime moins: centrale atomique, cimenterie, centrale à charbon, etc. Nous avons touché du doigt la mondialisation qui ne s'arrête jamais. Hambourg fut la seule escale où nous sommes descendus, visiter les villes n'était pas le but. Le voyage était le but.
Ce voyage a parfaitement répondu à nos attentes de terriens suisses privés de mer.
L'équipe de l'agence Mer et voyages est très professionnelle et très aimable, à l'écoute et de bons conseils. Un grand merci à tout le monde.
Commentaire de Franka
Publié le 11/07/20185
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 5/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 5/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

VOYAGE EN CARGO VERS LES GRANDS PORTS EUROPÉENS

Il est (presque) toujours temps de réaliser un rêve d'enfance. Moi, il m'a fallu près de 60 ans pour embarquer sur un géant des mers.

Partir sur un cargo !

Certes mon imaginaire enfantin était fait d'horizons sans limite, d'ordres hurlés à pleins poumons, de cordages sur le pont tirés à bras d'homme, de cargaison hétéroclite, de cabines partagées à limite de ligne de flottaison, de nourriture en conserve en mode pique-nique, de marins musclés et tatoués en marcel trempé de sueur, de dockers déchargeant le cargo à dos d'homme, de ports populeux où le rhum coule à flot dans des bars interlopes.

De tout cela ne reste que l'horizon... les ordres sont transmis à voix mesurée par talkie-walkie ou via les hauts parleurs du bord, sur le pont chaque élément est bien à sa place et piloté avec assistance technologique pointue, l'informatique de bord connaît le poids et la place de la moindre paire de basket made in China enfermée parmi les milliers de conteneurs standardisés, les cabines, toutes avec sabords sur l'océan, sont individuelles et climatisées, la nourriture fraîche et savoureuse est servie sur des tables aux nappes blanches, les marins douchés de frais ont accès illimité à la blanchisserie et s'habillent comme les fils de mes copines, des portiques semi- automatisés déchargent en quelques heures des centaines de milliers de tonnes de conteneurs, et les ports géants construits à des kilomètres du centre ville ne sont que des étendues de quais sécurisés protégés par des barrières et des grillages. Pas un troquet , pas une mobylette.

Et pourtant, le rêve est bien là.



Pour cette première expérience, j'avoue avoir préféré un périple d'une douzaine de jours en mode cabotage vers Hambourg, avec arrêt à Rotterdam à l'aller et à Anvers au retour. Sans wifi ni téléphone, je n'étais pas sûre de « tenir » plusieurs semaines de traversée. Le départ est prévu un dimanche , mais l'embarquement aura lieu la veille, au Havre. Il faut toujours prévoir un volant de 24h compte-tenu des petites incertitudes commerciales ou maritimes.

« Mon » navire, que je « tracke » depuis plusieurs jours sur MarineTraffic, est l'Amerigo Vespucci, un porte-conteneurs géant génération 2010 de la compagnie française (troisième mondiale) CMA- CGM. Je le vois arriver au Havre . Ses dimensions sont impressionnantes : 365 m de long, 51 m de large, capacité de transport de 13 800 conteneurs, une trentaine d'hommes d'équipage (pas de femme cette fois, mais ça peut arriver, rien ne l'interdit, il y a juste très peu de volontaires), en proportion à peu près égale franco-philippins. La langue officielle du bord sera l'anglais.

Dès l'abord, on est saisi par le gigantisme du bâtiment , auquel on accède par une coupée impressionnante. J'ai beau voyager léger, je me demande , entre vertige et étroitesse des marches, comment je vais hisser mon sac. Un gentil marin philippin vient à ma rescousse, même si rien ne l'y oblige (les passagers sont censés être autonomes, nous ne sommes pas au Club Med).

Ma cabine, immense, disposant de 4 sabords et de sa salle d'eau privée , est au pont F du

« château », juste sous celle du commandant. La passerelle est deux ponts au dessus. Je vais donc dormir une bonne cinquantaine de mètres au-dessus de la ligne de flottaison. Bonne nouvelle, un ascenseur dessert presque tous les ponts !

Nous sommes cinq passagers, répartis dans quatre cabines. Mes compagnons sont Alex, un Allemand quadragénaire embarqué à Singapour, et trois autres Français embarqués comme moi au Havre : Richard sexagénaire provençal, et Catherine et Bertrand, couple de Franciliens fraîchement retraités.
[J'ai changé les prénoms pour protéger leur anonymat mais ils se reconnaitront peut-être ;)] Nos motivations initiales, diverses et souvent plurielles, s'articulent autour des mêmes constantes : découverte technique, break familial et social, recherche de sérénité, envie d'une expérience «différente » ...


Il est presque impossible de raconter en détail cette expérience à ceux qui ne l'ont pas tentée. Je n'essaierai même pas. Disons simplement que, des grands moments qui ont rythmé ce petit périple, je garderai la gentillesse de l'équipage et la jovialité du cuisinier, la complexité des opérations portuaires, la magie des paysages (surtout lorsque notre géant emprunte les vastes estuaires), le gigantisme des installations (cette salle des machines !!!) et la déconnection totale avec tout ce qui peut stresser au quotidien.



De ce voyage, je garde des émotions intenses, des échanges riches, des découvertes stimulantes, des images inoubliables... mais surtout, je me suis incroyablement reposée. Depuis des années, je n'avais pas retrouvé le bonheur de faire la sieste ET de dormir 10 heures par nuit. Au delà de la découverte pour tous, je conseillerai désormais vivement à ceux que je sens au bord du burn out de tenter l'expérience. C'est un peu comme des vacances d'enfant chez les grands parents : on change de cadre, on ne décide presque rien, on a le luxe de s'ennuyer un peu, on mange très bien et à heures fixe, on est environné de bienveillance , on n'est plus sollicité de toutes parts, et surtout on se repose !!!

Je suis rentrée depuis quelques semaines, et pourtant j'ai du mal à quitter complètement le navire. A l'heure où j'écris ces lignes, il est en Mer Rouge. Et parfois, je me projette encore en pensée sur la passerelle supérieure, visage au vent. Je sais qu'un jour je repartirai. Peut-être pour plus longtemps.

Comment partir ? Quelques conseils.

On peut s'adresser directement à l'armateur, mais pour plus de confort et de simplicité, j'ai organisé mon périple (et le prochain en préparation pour 2019, tant j'ai été satisfaite ) auprès de l'agence Mer et Voyages dont je remercie tous les intervenants pour leur disponibilité et le soin pris pour que je sois rassurée à chaque étape.

Un conseil : si on désire un itinéraire ou un navire précis , il faut s'y prendre très à l'avance (4 à 5 cabines passagers sur un porte conteneur, c'est peu , même si ces voyages restent encore assez confidentiels et la demande relativement faible). Mais vous pouvez aussi vous laisser guider par le hasard et les disponibilités.

Le prix est relativement modéré si on compare avec les croisiéristes traditionnels (environ 100 € par jour pour moi pour une vaste cabine double à usage individuel de 23 m2 avec toutes commodités , pension complète, literie et linge de bain fournis et changés toutes les semaines, accès à la buanderie et aux installations de type bibliothèque, salle vidéo, salle de sport, bassin de nage ...).

En revanche, il est parfois compliqué de se rendre dans les villes-escales (horaires stricts, sécurisation des installations portuaires, éloignement des centre-ville... ). Si votre but premier est de visiter Anvers, il est presque plus simple de prendre le Thalys depuis Paris , ... en revanche , Hambourg est très accessible, on voit les clochers de la ville depuis le navire. C'est très variable.

Il convient d'être en bonne santé (questionnaire médical obligatoire car il n'y a pas de médecin à bord), autonome et valide. On peut le déplorer, mais c'est avant tout un navire de fret, avec tous les aléas de sécurité liés à la mer, donc pas d'accès pour les personnes à mobilité réduite. Il y a aussi une limite d'âge (inférieure et supérieure), variable selon les compagnies. On vous demandera en outre une attestation d'assurance spécifique (gratuite chez mon assureur).

Et il faudra penser aux visas si vous voyagez hors d'Europe.

Ne vous chargez pas trop, vous pourrez laver et sécher votre linge dans la buanderie, et il est superflu de faire des effets de toilette. Une paire de baskets, des espadrilles, trois t-shirt, deux sweat-shirts, deux pulls, deux jeans, un coupe vent, deux foulards, un bonnet et des sous- vêtements constituaient tout mon trousseau et c'est bien suffisant. Emportez aussi appareil photos, musique et tablette, mais n'oubliez pas qu'il n'y a pas de wifi à bord. Juste le 4G a proximité des ports. Et comme il n'y a pas de boutique, n'oubliez pas vos produits spécifiques (hygiène, médicaments, papier et stylos...). Il est interdit de fumer tout le temps et partout sur les pétroliers, et les zones fumeurs sont strictement règlementées sur les porte-conteneurs, pour des raisons de sécurité . La bibliothèque est assez bien fournie en romans et BD, mais emportez quand même vos deux ou trois livres de chevet préférés.

Et si vous en décidez ainsi, bon voyage !!!
Commentaire de patrice niset
Publié le 10/04/20185
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 5/5
Etat du navire : 4/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 4/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 4/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

Après avoir suivi à la trace le navire sur Marine Traffic Global, nous embarquons sur l'Amerigo Vespucci dans le port du Havre à temps et à heure. Monter à bord d'un navire de cette taille était pour moi un rêve. C'est l'aventure de tous les superlatifs, une aventure qui met le voyageur en perspective dans un monde de gigantismes et de démesures. Il y a beaucoup à en dire mais l'essentiel me semble ailleurs.
Passionné par les métiers atypiques, je montais à bord avec le secret espoir de pouvoir accéder au personnel et aux fonctions, le tout armé de mon appareil photo. Passées les quelques heures nécessaires à s'apprivoiser, le commandant a été royal avec moi. La sécurité reste l'obsession à bord et le pont est par exemple inaccessible pendant la manoeuvre de chargement. Hormis cette contrainte, j'ai pu aller partout et voir toute l'activité du navire.

La passerelle a été l'occasion de très longues conversations instructives avec les officiers jamais avares dans leurs explications. Pavillon français, cuisinier français, cabine incroyablement confortable, le voyage est 100% à la hauteur de mes espérances. Nous avons eu quelques belles surprises comme la neige, un hélitreuillage de pilote et la visite d'un sous-marin de l'Otan en mer du Nord.

Ce que je regrette ? De ne pas l'avoir fait plus tôt.

Ce que je conseille ? Faire un peu plus de mer : notre voyage avait pour escales Le Havre, Hambourg, Anvers, Rotterdam, Le Havre. L'étape d'après amenait le navire à Malte avant son périple vers l'Asie. Faire ce bout de trajet vers Malte aurait été parfait pour équilibrer les temps de navigation avec les temps de manoeuvres.

Si c'était à refaire ? Je n'hésiterais pas une seconde.
Commentaire de BVALLEE2
Publié le 30/10/2017Pas de notes
10 jours sur l'Amerigo Vespucci au départ du Havre. ( Étapes Rotterdam / Hambourg / Anvers retour au Havre ) Un bon moyen de faire connaissance avec la marine marchande, autant de jours en mer qu'à quai pour le chargement et le déchargement des containers. Je n ai débarqué qu'une journée à Hambourg pour prendre un" bus tour" et me taper une bradwurst frites ! et surtout marcher car il ne faut pas espérer faire des kilomètres sur le bateau en tant que passager. On réalise vite le gigantisme du bateau . On apprécie beaucoup de pouvoir écrire, lire, écouter de la musique, réfléchir , se reposer dans le confort et le calme de sa cabine ou passer des heures en passerelle au grand air ....Les seules contraintes , c'est de respecter bien évidemment l'équipage , les règles de sécurité, les endroits autorisés pour les passagers et les heures de repas (si vous avez faim)... en dehors de tout cela vous faites ce que vous voulez ....Voyage sans doute difficile pour les hyper actifs ou ceux qui s'attendent au collier de fleur en rentrant sur le bateau .... Faut pas se tromper de voyage ... En tout cas pour ma part je vais le refaire pour une autre destination.....il faut varier les plaisirs
Commentaire de Nicolas
Publié le 21/08/2017Pas de notes
Ce fut un très bon voyage. Très bon accueil de la part de l'équipage. Nous avons été logés confortablement, pu assister aux manoeuvres d'appareillage et d'accostage du navire. L'équipage a été disponible et a répondu à nos questions, nous avons même pu visiter la salle des machines, les cuisines, nous promener à l'avant du navire. Rien à dire. Je recommande vivement cette expérience.
Commentaire de Marie-Josèphe
Publié le 03/01/20175
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 5/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 5/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

J'ai eu le grand plaisir d'effectuer fin août début septembre 2016 le circuit des grands ports européens à bord du Christophe Colomb. Ce fut pour moi un séjour de découvertes passionnant. Je n'étais jamais entrée dans un port. C'est un monde incroyable, des boites de toutes les couleurs partout, d'énormes cargos, une activité de ruche qui ne s'interrompt pas, où l'on a du mal depuis le bateau à voir les hommes qui travaillent à terre. Et la vision à peine croyable pour moi, du port automatisé de Rotterdam.
La découverte, grâce à un équipage très sympathique, de la navigation. L'arrivée de nuit dans à Anvers, que j'ai pu observer depuis la passerelle , est une expérience inoubliable. J'avais emmené des livres... ils ont voyagé mais n'ont pas été lus. J'ai regardé presque toutes les montées des pilotes à bord du cargo. Ce circuit où les arrêts sont fréquents, m'a permis de découvrir un monde que je ne connaissais pas.
J'ai vraiment eu à presque chaque minute à découvrir, à observer à l'oeil, à la jumelle, à photographier et à échanger. A ce propos, vraiment merci à l'équipage, qui parle de son travail, explique, montre.
Une cabine de rêve sur ce cargo avec un petit pont, poste d'observation extraordinaire.
L'arrêt à Felixstow donne la sensation que le cargo s'est arrêté dans un port de plaisance ( ma cabine était à tribord et le cargo accosté à babord).
Le confort à bord : la bibliothèque, la vidéothèque de l'équipage m'étaient ouvertes. Côté technique j'ai été autorisée à utiliser la buanderie aussi.
J'ai pu descendre à Anvers et à Hambourg.
Au total, pour moi une belle expérience qui m'a permis de multiples découvertes.
Merci donc à Mer et Voyages qui permet une préparation aisée du voyage et à l'équipage du Christophe Colomb que je salue.


BONNE ANNEE 2017 A TOUS
4 imagesimageimageimage
Commentaire de régine
Publié le 09/11/2016Pas de notes
avec mon voyage en cargo vers les ports européens, j'ai réalisé un rêve : vivre la lenteur et créer un livre d'artiste pendant ce tour ; quand je n'étais pas sur les ponts avec les autres passagers pour profiter de la vue et de cette expérience grandiose, j'ai peint et j'ai écrit dans le silence de ma confortable cabine : ce fut une belle expérience esthétique et un riche retour sur soi avec l'immensité à l'horizon
11 imagesimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage
Commentaire de MRJOFERN
Publié le 08/12/2015Pas de notes
C'était pour moi le premier voyage en cargo.
La première impression, c'est le gigantisme. Navire géant, installations portuaires gigantesques, matériel de manutention colossal, cela me suivra tout au long de notre périple et une fois à terre, j'avais le sentiment d'être entouré de maquettes ...

L'accueil des officiers fut « poli » faute d'être cordial. Ceci dit mon anglais n'est pas toujours très pointu et l'accent Croate demande un bon moment d'adaptation.
Nous étions 4 passagers français et nos échanges furent intéressants et chaleureux, dans le respect de la sérénité de chacun.
Le navire est superbement équipé, comme neuf, et les cabines sont très spacieuses et confortables.
Nous avons pu voir l'ensemble du navire, lors d'une visite avec l'officier en charge de la sécurité, et je dois dire que la salle des machines est particulièrement impressionnante. Protections auditives obligatoires ...
Les repas au mess des officiers étaient toujours variés et succulents et nous étions « bichonnés » par un steward philippin aux petits soins.
Ce « circuit » des ports de la mer du Nord était très intéressant et nous avons à présent une idée précise des manoeuvres d'approche et d'accostage, ainsi que des transferts de conteneurs du navire au port, et vice-versa.

Je serais certainement partant pour un autre voyage de ce type, mais vers une autre destination qui proposerait plus de temps de navigation.
Commentaire de Lisette et Claude
Publié le 03/09/2015Pas de notes
Ravis de notre voyage sur le cargo Lapérouse.
Merci Sophie de meretvoyages de nous avoir conseillé pour notre 1er voyage en cargo : les ports européens du nord.
Très bon accueil. Bonne relation avec tous. Echanges fructueux principalement en français et, en anglais avec capitaine, 2nd, cadets, chef mécanicien...
Cabine spacieuse, repas riches, copieux, bien présentés où rien ne manque; Merci au cook, son 2nd et au steward.
Accès à la passerelle d'où nous avons pu admirer des paysages très différents, magnifiques (sortie port 2000 Le Havre, approche sur Dunkerque et centrale de Gravelines, rives de l'Elbe, chenal de Rotterdam, éoliennes à Zeebrugges, estuaire de Southampton), voir les remorqueurs en action, assister à l'arrivée des pilotes par bateau ou hélico, entendre les ordres donnés et observer le cargo "obéir" pour accoster ou appareiller, regarder inlassablement le ballet des conteneurs, différent selon chaque port (travail de fourmis ou déshumanisation).
Nous avons fait escale dans chaque port et sommes descendus à terre à Hambourg et Brielle (Rotterdam), conseillés, épaulés par le capitaine et son équipage.
Nous avons eu le pot du capitaine, l'alerte sécurité et la visite très attendue des entrailles du bateau : grandiose, impressionnant : le moteur, les différentes machines, leur rôle...espace...propreté.
Nous avons utilisé les escaliers sans modération et un peu la salle de sports.
Nous avons eu le plaisir de partager ces moments avec 2 autres passagers français fort sympathiques.
Merci à tous présents sur le cargo Lapérouse du 17 au 27 juillet 2015.
Ce fut une belle expérience, un beau voyage.
11 imagesimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage
Commentaire de Jason
Publié le 20/07/20155
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 4/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 4/5
Qualité des repas : 4/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

Voyage du 3 au 13 juillet sur le CMA CGM COLUMBA, 1ère expérience de voyage en cargo, suite à un désir de mieux connaître la navigation sous ses aspects tant techniques qu'humains, de découvrir différents ports, de comparer leurs configurations et méthodes de travail. D'où le choix de ce parcours comportant 6 escales dans 5 pays différents.

Navire récent et en très bon état général, cabine vaste et confortable, nourriture variée et de bonne qualité. Les contacts (entièrement en Anglais) avec l'équipage (Roumains, Bulgares, Chinois, Philippins) allaient, selon les cas, du bonjour cordial à de longues discussions sur des sujets techniques ou autres (notamment avec le "chief officer", jamais avare d'informations concernant le navire, les différentes professions, la vie à bord et à terre); réels échanges également avec le steward (philippin) désirant s'informer sur l'Europe du Nord.

Seul passager durant les 9 premiers jours, rejoint à Southampton par 2 retraités britanniques très sympathiques, dont c'était également le premier voyage de ce type.
Principaux moments forts : la visite de la plage avant, de la salle des machines (très impressionnant), et surtout le départ de Hambourg vers 22h30 et la nuit passée sur la passerelle pour la descente de l'Elbe, la discussion avec les 2 pilotes allemands (intéressés par mes motivations mais aussi très enclins à partager leurs connaissances).

Très bon déroulement du voyage, depuis les formalités de réservation, les contacts au port du Havre, les transferts en taxi, l'accueil et la vie à bord; petit retard pris à Dunkerque, rattrapé ensuite par une escale à Hambourg un peu plus courte que prévu.

En résumé une excellente expérience, relaxante et aussi enrichissante tant sur le plan des découvertes que des contacts humains; j'ai débarqué avec regret mais aussi de très bons souvenirs, + de 1500 photos et l'envie de refaire ce genre de voyage, sans doute vers une autre destination, afin de pouvoir également découvrir de longues étapes de plusieurs jours consécutifs en mer.

11 imagesimageimageimageimageimageimageimageimageimageimage
Commentaire de Vlad
Publié le 02/07/20154
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 2/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 5/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 4/5

Très agréable cabine , propre , grande et récente . Contrairement à celle du Fort St Georges ,ma cabine à bord
du Pegasus était dotée de quatre hublots dont deux latéraux ouvrant généreusement sur l'océan. La salle commune des passagers est très agréable , ont peut y préparer ses boissons chaudes ( thé , café , chocolat à discrétion ). Les contacts avec l'équipage croate sont quasiment inexistants ,les officiers sont plutôt bourrus pas d'invitation à penetrer dans le PC passerelle , ni de visite de la salle des machines ... Le "coq" et le steward philippin étaient en revanche très sympathiques , la cuisine excellente et les plats généreusement servis . Aucune info sur les horaires , ni le parcours , ni quoique ce soit ( en dehors des consignes de sécurité qui furent scrupuleusement rappelées par un officier ) pouvant intéresser le passager désireux d'en apprendre un peu plus sur la vie à bord d'un cargo . J'etais équipé d'un GPS , il a fallut s'en contenter . L'accès à la ville de Hambourg fut aisée durant l'escale .
Commentaire de fortunat
Publié le 03/12/20143
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 0/5
Accueil de l'équipage : 4/5
Etat du navire : 4/5
Etat et entretien des cabines : 4/5
Qualité des repas : 3/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 2/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 2/5

J'ai effectué le voyage en Mer du Nord et je suis resté une dizaine de jours sur le bateau.
Celui-ci ayant du retard je suis finalement descendu à Zeebrugge au lieu du Havre. J'avais voulu faire un essai avant de partir pour plus longtemps. C'est très intéressant de voir le fonctionnement des grands ports européens, notamment le ballet des containers et tous les équipements qui y participent. Toutefois on a passé plus de temps dans les ports qu'à voyager, et les ports sont interdits aux piétons. On ne peut pas descendre du bateau sans appeler une navette ou un taxi, ce qui limite les aventures.La cabine et la pension étaient très bien, l'équipage sympa. J'ai partagé une partie du voyage avec deux personnes venant de Singapour. Ce n'était pas le même voyage puisque qu'ils ont fait 20 jours de mer sans s'arrêter, alors que j'ai passé 60% du temps à l?arrêt.
Le bateau dispose de son horaire de voyage pour plus de 2 mois, remis à jour à chaque escale. Je pense qu'il faudrait le communiquer aux candidats voyageurs afin de se rendre compte vraiment du temps passé en mer et dans les ports.




L'éclairage de Mer et Voyages


Le voyage en cargo reste une aventure difficile à régler aussi finement, et j'allais dire heureusement. Le document auquel vous faites référence est confidentiel et ne sort pas du bord, il n'est donc pas envisageable de le transmettre à nos passagers. J'en profite pour rappeler que les compagnies « acceptent » des passagers et ne se sentent absolument pas en « devoir » vis à vis de lui, excepter en gros d'assurer sa sécurité, le gîte et le couvert.
J'ajoute que beaucoup d'éléments changent entre le moment ou vous réfléchissez au voyages, réservez, et partez finalement.. ces changements sont fréquents, jusqu'à la veille parfois... J'ai moi'même attendu 2 jours au terminal du havre qu'une livraison de conteneurs attendue pour l'Asie soit acheminée et chargée à bord du Marco Polo. Je partais seulement pour 5 jours vers Malte ! Qu'à cela ne tienne, le voyage suivant sera différent comme le montre le grand nombre de commentaires passagers (1) y compris sur ce tour des grands ports européens. Je vous encourage à partir sur un voyage plus long, comme les passagers avec qui vous avez vécus à bord, car cette diversité temps de navigation / temps d'escale est en effet plus « nourrissante ». En tout cas merci pour ce compte rendu, même s'il nous vaut un vilain 2/5 pour la note « qualité de l'information avant le départ", ce qui me paraît sévère. Il fait parti de cette diversité d'avis qui contribue certainement à l'information globale des futurs passagers, parmi la centaine d'avis que nous avons collectés cette année.



(1) Nous avons décidé de donner la parole à toutes les personnes qui rentrent de l'un de nos voyages, notamment pour affiner l'information globale servie à nos passagers !
5 imagesimageimageimageimage
Commentaire de Jean-Paul
Publié le 07/10/20144
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 5/5
Accueil de l'équipage : 2/5
Etat du navire : 5/5
Etat et entretien des cabines : 5/5
Qualité des repas : 5/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 5/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 4/5

Je voulais, depuis longtemps, faire un voyage sur un cargo, c'est chose faite.
J'ai donc embarqué sur le cargo Hydra de la CGA CGM le 13 septembre et par un beau temps ensoleillé, un plus pour les photos à venir.
J'avais consulté les récits faits par les précédents passagers, tous plus élogieux les uns que les autres quant à l'accueil qu'ils avaient reçu de la part de l'équipage, hélas je n'ai pas eu cette chance. Un philippin a emporté ma valise dans ma chambre, il m'a demandé mon passeport et les documents que je devais fournir, pour le reste, j'ai dû me débrouiller tout seul.
En consultant la brochure, qui était dans la cabine, on mentionnait le rôle de l'officier chargé, entre autre, des passagers, je ne l'ai jamais vu et j'étais le seul passager. Pour conclure, j'ai eu de très bon contacts avec les Philippins mais pratiquement rien avec les officiers croates. Mes connaissances faibles en anglais, n'ont pas facilité les choses, mais je garde un excellent souvenir de la visite des « entrailles » du bateau faite avec un homme d'équipage philippin'un carnet et un stylo. Pour rester dans le négatif, je dois ajouter que j'ai été privé de l'escale de Southampton, l'itinéraire ayant été modifié.
Le reste n'a été que du bonheur : l'organisation par Mer et Voyages, le cargo géant et magnifique, la couchette pouvait faire penser à une suite d'hôtel, la cuisine très correcte.
L'ambiance dans les ports, le travail des pilotes, des remorqueurs et de tous les dockers resteront longtemps dans ma tête.
Ce qui est fantastique, ce sont les déchargements et les chargements des containers qui sont réglés comme un ballet dont on ne connaît pas la chorégraphie. Enfin, on ne peut pas oublier l'autre ballet, celui des chariots porte-conteneur automatisés du port de Rotterdam.
Comme je n'avais pas fait ce voyage pour faire la causette avec les officiers mais pour ressentir l'ambiance de ces voyages, je suis prêt à refaire un périple semblable, j'essaierai quand même de trouver un équipage français.
2 imagesimage
Commentaire de Jipéh
Publié le 25/09/20144
Ceci est la moyenne des notes ci-desssous
Contact avec l'agent maritime : 4/5
Accueil de l'équipage : 3/5
Etat du navire : 3/5
Etat et entretien des cabines : 4/5
Qualité des repas : 3/5
Qualité de l'information reçue avant le voyage : 4/5
Ce voyage a t-il tenu toutes ses promesses ? : 5/5

Voyage en mer du Nord

Un rêve s’est réalisé le 17 juillet lorsque j’ai embarqué à bord du CMA/CGM PEGASUS pour 11 jours de périple sur ce bâtiment de 365 m de long
Cela fait longtemps que j’aime les voyages en bateau car l’éventail des activités est assez restreint et cela m’oblige à canaliser mon énergie et mon hyper activité latente (j’ai 57 ans) et, en Bretagne , je navigue sur un voilier de 13m.
Pour autant, naviguer à bord de gros paquebots pouvant accepter 3 ou 4000 personnes comme le Queen Mary 2 ne me tente pas trop car l’empreinte écologique est très importante.
Sur le PEGASUS, malgré sa taille, il n y a que 27 personnes à bord soit une douzaine d’officiers, croates pour la plupart, et autant de marins philippins (aucun français bien que la CMA/CGM soit une compagnie française basée à Marseille ). J’étais le seul passager et il y avait 2 techniciens roumains qui ont été là pratiquement à la même période que moi. Ce cargo peut accueillir au maximum 8 passagers dans 4 immenses chambres (au-delà de 10, il faudrait un médecin à bord).
Le cargo, qui peut transporter 11000 containers, a appareillé du Havre, très lentement vu sa masse, le 18 juillet et nous étions à Hambourg 30 heures après.
La remontée de L’Elbe a pris 5h et nous avons débarqué au Buchardai terminal de Hambourg en début de matinée.
Comme j ai emporté un GPS, je pouvais vérifier la vitesse, la position et c’était très utile.
Bref, à Hambourg, j’ai débarqué avec un bon vélo pliant flambant neuf acheté à Nantes quelques jours auparavant. Le shuttle m’a pris au pied du PEGASUS et déposé à l’entrée du port et ensuite j’ai pu me rendre à vélo dans le centre de Hambourg .
Là j’ai visité Altona puis le quartier alternatif saint Pauli (pas très gai : boîtes et junkies ..) et le zoo (j’adore les zoos)
Les marins étaient un peu surpris quand ils m’ont vu arriver avec mon vélo le premier jour mais, force est de constater que cette idée s’est révélée une bonne idée compte tenu des distances parfois importantes qui séparent les ports des villes .
Ensuite, le porte conteneurs a continué sa route : Bremerhaven, Rotterdam (très surprenant car tout est entièrement automatisé, les voitures qui chargent et déchargent les conteneurs sont sans chauffeur et tous se croisent et se recroisent sans problème)
Puis Southampton et enfin Zeebruges en Belgique où ma sœur et ma cousine m’attendaient.
Alors… ce voyage a été très intéressant et enrichissant car il répondait à un désir ancien.
JPH 23/09/2014
NOS GARANTIES :