AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
298 résultats

de Fos sur Mer vers Jebel Ali

REF 4425 20 jours | 2 départs par mois A partir de 2000 € / pers
Transmettre à un ami Télécharger
selectionner demander un devis
Fos sur Mer (France), Gênes (Italie), Malte (Malte), Beyrouth (Liban), Canal de Suez, Jeddah (Arabie Saoudite), Jebel Ali (Emirats Arabe Unis)

Tarifs

Cabine double (superficie 14m² et 18m²) 2000 € Demander un devis
Cabine double (superficie 21m² et 22 m²) 2200 € Demander un devis
Cabine double (superficie 29m² et 32m²) 2400 € Demander un devis
Cabine armateur à bord du CC Musca 2600 € Demander un devis
Cabine double à usage individuel (superficie 14m² et 18m²) 2200 € Demander un devis
Cabine double à usage individuel (superficie 21m² et 22 m²) 2400 € Demander un devis
Cabine double à usage individuel (superficie 29m² et 32 m²) 2600 € Demander un devis
Cabine armateur à usage individuel à bord du CC Musca 3000 € Demander un devis

Infos budget

Il convient de prévoir les taxes et frais suivant pour calculer le prix total de votre voyage
  • Les frais de dossier s'élèvent à 67 €


Ce prix comprend

Tarif TTC par personne, en pension complète

Ce prix ne comprend pas

- les frais de dossier
- les frais obligatoires imposés par l'armateur permettant de couvrir les frais d'un éventuel hélitreuillage
- les frais de banques éventuels
- les assurances (obligatoires)
- les acheminements
Tarifs sujets à modification, se renseigner
Commentaire de wevtis7
Publié le 04/11/2017Pas de notes
J'ai adoré, vraiment et si j'en ai les moyens je le referais!!! Sur un autre parcours. Le canal de Panama ??
Le compte-rendu et un petit bilan de mon voyage se trouvent sur mon blog, vous pouvez y aller et n'hésitez pas à partager.

https://unptitourenasie.blogspot.com/

A bientôt peut-être sur une autre route
7 imagesimageimageimageimageimageimage
Commentaire de Robert C.
Publié le 04/05/2016Pas de notes
Inscrit dans une durée de trois semaines au mois de mars, ce voyage à bord d'un très grand porte-conteneurs (11 000 EVP et 350 m de long) s'est déroulé en Méditerranée puis au-delà jusque dans le golfe Persique dans des conditions météos quasi parfaites.
Pas de grillades sur le pont, pas de karaoké sur ce navire mais un équipage toujours disponible et sympathique, une cabine de 50 m2 très confortable et surtout un accès permanent à la passerelle (c'est là que tout se passe) avec mise à disposition totale des jumelles (un régal). J'ai ainsi pu être présent même lorsqu'un pilote était à bord et donnait les ordres de barre au barreur. J'avais aussi toute liberté de consulter les cartes (celles sorties évidemment) et les écrans de navigation, me donnant ainsi l'occasion de suivre la route ainsi que l'impression de faire partie de l'équipage.
Parmi les moments forts du voyage figurent les ballets mouvementés et bruyants lors des opérations de chargement-déchargement, les arrivées de jour et de nuit dans les ports (Djeddah en particulier), la visite de la salle des machines et de ses annexes ainsi que la vision émouvante d'un groupe de baleine à 500 m environ. Une occupation récurrente fut d'être présent à la passerelle lorsque la nuit arrivait, dévoilant progressivement la voûte étoilée sans le filtre de la pollution lumineuse. Dans la nuit noire, sans repère extérieur et sans vibration du navire, on ressent alors une appartenance à l'univers.
Le point d'orgue fut le franchissement du canal de Suez de 4 h du matin à midi, vu depuis les ailerons de la passerelle à 60 m de hauteur. A gauche, le vrai désert, celui du Sinaï avec quelques rares villages noyés d'une poussière ocre où les ânes font encore office de véhicule, à droite des villes, des voies de circulation, des palmeraies, des champs cultivés. C'est peu de dire que le canal forme une coupure, avec toutefois quelques liaisons par bac et un gigantesque pont pas encore en service. Tout du long, de part et d'autre, un mur et des casernes ou des miradors tous les trois kilomètres. Et au milieu de ce canal de 500 m de large dont 300 navigable par les gros bateaux, je me promène en tête d'un petit convoi, dans une eau parfaitement plate, comme dans un ULM qui serait particulièrement lent. Il y a de la magie. Si certains sont sur un petit nuage, j'étais plutôt sur une sorte de tapis volant.
Pour des considérations de manque de temps et d'insécurité dans certaines villes je ne suis sorti à terre qu'une fois lors de l'escale à La Valette. La fin du voyage pour moi se déroulant entre Aden et Dubaï, des mesures de précaution étaient prises en cas de piraterie. L'équipage était particulièrement attentif aux petites embarcations à déplacement rapide comme en ont beaucoup de pêcheurs. Malgré la présence dissuasive de navires militaires, les radars et les jumelles n'étaient pas inactifs.
Hélas, je n'ai pas discuté autant que je l'aurai souhaité avec l'équipage, mon niveau d'anglais ne me permettant pas d'avoir une conversation sérieuse. Toutefois, je ne me suis jamais ennuyé, partageant mon temps entre visites à la passerelle, lecture et écriture. Il faut en effet avoir de quoi s'occuper l'esprit de manière autonome.
En conclusion, ce fut un voyage dont je me souviendrai longtemps et qui m'incite à en faire un autre une autre fois.

PS : Je suis en cours de rédaction de mon récit de voyage avec de nombreuses photos, visible à l'adresse suivante : encargodefosadubai.blogspot.fr
NOS GARANTIES :