AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
291 résultats

5 VOYAGES EN CARGO PASSANT PAR : Uruguay

Nos derniers témoignages
Voyage en cargo de Singapour vers Sydney (pavillon français)
Voyage en cargo de Singapour vers Sydney (pavillon français)
Ma traversée à bord du Rossini a été ponctuée par de merveilleuses rencontres, des paysages ép...[+]
Ma traversée à bord du Rossini a été ponctuée par de merveilleuses rencontres, des paysages époustouflants, des couchers et levers de soleil d'une beauté saisissante, et une sensation de liberté et de bonheur au fil de l'eau rarement expérimentée ailleurs. J'ai particulièrement aimé la lenteur de la traversée, la pleine sensation de la distance, de l'étendue parcourue, le sentiment d'avoir le temps pour tout. Et je peux désormais dire que la mer n'est pas bleue: elle est multicolore, elle change tout le temps, elle se vêt de mille lumières et brillances, même la nuit, sous des ciels étoilés de pôle a pôle... Les dauphins jouant à toute allure devant le bulbe de ce géant des mers, narguant ma qualité d'animal terrestre! C'est le début d'une belle et longue histoire pour moi: naviguer, c'est la réalité profonde du voyage, le rythme de la vie naturelle, le ravissement d'être en mouvement et intensément vivante. [-]
- voir ce voyage
cargos 17/02/2018 4
Voyage en cargo de Fos sur Mer vers New York
En fait ce voyage n'est que la confirmation d'un précédant sur un autre cargo porte conteneurs le CMA CGM O...[+]
En fait ce voyage n'est que la confirmation d'un précédant sur un autre cargo porte conteneurs le CMA CGM Otello en mer du nord en 2017 qui a durer une semaine . Cette fois ce sera le CMA CGM Amber qui va être ma " maison " . Mon périple est prévu entre Fos sur Mer et New York en janvier 2018 . Des escales à Barcelone et Valence sont prévues pour chargement et déchargement de " boites" avec une estimation de traversée de 10 jours en mer . J'arrive donc à Marseille venant de Paris le 1er janvier pour embarquement le 2 mais le bateau ne sera à quai que le 4 pour des raisons évidentes de trafic en amont . Je passe donc ces deux jours dans Marseille que je ne connais pas mais avec un peu d'anxiété de l'attente et de cette nouvelle vie qui arrive . Enfin il est arrivé , confirmation de CMA , train pour Fos , taxi , je ris en pensant à ces petits kilomètres ridicules comparés à ce qui m'attends . Et le voilà c'est lui il est énorme quoique un petit moins grand que l'Otello mais peu importe , désormais c'est mon navire et c'est chez moi . Au pied de la coupée je regarde vers le haut , deux marins équipés sécurité me font des signes d'amitié et de bien bienvenue alors que l'un deux descend l'échelle pour me dire bonjour et embarque mon sac . J'apprécie parce qu'il est un peu lourd et les marches sont grasses mieux vaut assurer mon arrivée . Pont U , deck office , sourires , poignées de mains mon nom est déjà inscrit sur le tableau d'embarquement avec un autre compagnon . OK je parle quand même un peu l'anglais (restons modeste) mais cette langue parlée par des Shri Lankais : dur dur !! Enfin l'aventure étant l'aventure je me laisse guider par le " Mess Man" qui me conduit pont E , en haut , par l'ascenseur c'est mieux car il y a quatre autres ponts avant d'y arriver . Ma cabine ne me surprend pas , décors moderne , simple mais pratique et confortable , moquette, toilettes intégrées j'ai déjà vu sur l'Otello , hublot carré vers la proue et sans conteneurs devant (ce sera utile) Promis c'est beaucoup mieux que certaines chambres d'hotel . Pendant que je range mes affaires un second officier me demande de l'accompagner pont U au deck office pour quelques formalités d'usages , présentation au "chief officer " (le second) charmant et élégant jeune gars de trente ans ,trois galons , il est roumain il s'appelle Bogdan Padineanu , sourires poignée de mains , bienvenue à bord !! je me sens bien . On me donne un gilet fluo de sécurité de la compagnie et un casque avec CMA CGM marqué dessus , je m'intègre à cet équipage . Brèves consignes de sécurité : le bateau m'est accessible partout sauf sur les aires de stockage des boites pendant les manoeuvres de chargement déchargement et sur l'avant en cas de tempête , pour moi c'est une évidence . J'aurais aussi la possibilité de visiter la machine mais accompagné de l'ingénieur mécanicien , encore une évidence . Premier rendez vous important , il est midi direction le mess des officiers pour déjeuner , un peu timide je franchis le seuil qui est au pont A pour y rencontrer l'autre passager qui est déjà là mais aussi le cuisinier (chief cook) Philip Haluge et son aide tous les deux Shri Lankais . Mon collègue est français mais il travaille à San Francisco dans une start up c'est reposant de parler sa langue :-) Enfin voici l'état major 6 officiers tous roumains dont le commandant : le "Captain" Cornelui Constantin Vlad . On se lève , nouvelles présentations sympathiques , je connais déjà , Bogdan , il y aussi l'ingénieur mécanicien grand et bourru qui se révélera très cordial , le deuxième officier mécanicien , l'ingénieur électricien machine silencieux et l'ingénieur électricien des "reefers" (conteneurs frigos) . Ces hommes sont les premiers officiers , ils mangent ensemble à leur table réservée , les seconds et troisièmes officiers ont leur propre table tout comme les passagers mais dans le même espace . L'équipage (crew) à son propre mess de l'autre côté de la cuisine mais tout le monde mange pareil . Enfin presque car seuls les passagers ont droit à un excellent vin californien le soir , merci commandant ! On part début AM , le pilote est bord , un remorqueur à l'arrière nous tire vers le centre du bassin tandis que le moteur de coque avant écarte la proue du quai , il fait beau j'ai investi les ailerons extérieurs mais déjà on m'invite dans le saint des saints : "le bridge" c'est la passerelle de commandement . Je connais déjà ce genre d'endroit depuis l'Otello mais c'est tout de même très impressionnant d'être là , j'ai ce sentiment d'exception d'être dans un lieu stratégique que très peu de personne au monde connaissent , j'en suis fier ! Attention toujours saluer les personnes de quart en arrivant , le commandant et le second sont en chemise blanche galons aux épaules un geste de la main ils nous ont vu ils répondent de la même façon . En mer et avec un peu plus d'habitude le salut sera souvent ponctué d'un "hello" ou "Hi" voire d'une main sur l'épaule pour l'officier et le timonier , mais pour le commandant ce sera "Morning captain !" avec un serrage de main , mais de toutes façons le respect et la politesse s'impose à tous , ne pas faire bruit inutile et surtout ne pas fumer et encore moins faire des photos flashes la nuit . Je vais apprendre à dépasser une certaine timidité en parlant avec les officiers pendant les quarts , je crois même qu'ils aiment ça . Le bridge va devenir mon deuxième centre de vie , on domine ici , on peut utiliser les jumelles disponibles , consulter les cartes , visionner les écrans radars surtout la nuit et puis le café est meilleur avec des petits gateaux :-) Bon nous sommes en route vers Barcelone , une journée dans le golfe du Lion , belle mer et puis le commandant nous annonce que ce port est très encombré suite à une fermeture pour une tempête . Quand on arrive il y a déjà 6 navires à l'ancre on fait pareil et attend . On attendra 4 jours !!!! Bouchon sur l'eau et les navires qui arrivent plus qu'ils ne rentrent à la fin on sera une vingtaine dans la rade . Seul incident un jour au mess les officiers quittent la table en urgence , il fallait manoeuvrer car l'ancre dérapait . Et puis un soir notre commandant joyeux nous annonce qu'enfin nous rentrons dans le port dans la nuit (3h du matin) Je suis sur le bridge avec mon collègue , silence partout , lumières d'ambiance éteintes seuls les écrans radars illuminent de leur lumière bleue les visages du captain et de l'officier de navigation . On navigue en silence au milieu des autres , 190 000T qui se faufilent entre les ombres et s'alignent dans la passe des navires marchands , du grand art ! Je suis sidérer , les lumières d'Espagne s'avancent en silence seul le joyeux pilote catalan qui arrive et lance son "Muy bien Capitan " agrémente cet instant de concentration . On restera 12 heures à quai , départ le lendemain vers 13h pour Valence toujours le beau temps . Deux jours plus tard nous y sommes , la manoeuvre d'accostage est une merveille de précision entre un autre cargo et le quai perpendiculaire , une affaire de quelques mètres , bravo le commandant , bravo les remorqueurs , bravo le pilote . Je suis mord de rire en pensant aux personnes qui ne peuvent pas garer une Clio entre deux autres voitures à Paris . A peine 12 heures plus tard on repart mais cette fois pour du sérieux , Gibraltar et puis l'atlantique nord en hiver qui ne peut pas être comparé au lac d'Annecy en été !!!! Mais je reste serein je ne connais pas le mal de mer et puis une petite tempête sera toujours un sacré souvenir non ? . J'ai un nouveau compagnon , le précédent ayant du partir en urgence à Valence pour son travail aux USA . Cette fois je suis avec Romuald un franco canadien du Québec donc qui parle français , c'est bien pour nos futures très longues conversations du soir devant une bonne bouteille de la cave du Amber . Long trajet je trouve pour accéder au "rocher" toujours par beau temps , beaucoup de bateaux dans les deux sens , à droite vers l'océan à gauche pour la rentrée en Méditerranée . Le voilà ce cap stratégique si gardé pendant les guerres mais aujourd'hui il se découpe tranquille dans une légère brume entre deux cargos aux coques rouges , ça fera une belle photo . Il y a des petits voiliers de particuliers qui naviguent dans ce maelström de cargos , pas peur les gars ! Bon nous sommes le 10 janvier on file 16 noeuds cap au 275 on recule d'une heure . Le bateau tangue très légèrement et l'étrave s'enfonce dans le bleu marine avec quand même des gerbes d'écumes qui nous rappellent que la grande houle de l'atlantique ne nous quittera plus . C'est génial car c'est comme un bercement qui nous fait énormément dormir . Je me sens en parfaite sécurité la nuit dans ma cabine . Le lendemain grande ballade sur le pont U celui des conteneurs avec mon collègue et un deuxième officier qui nous explique l'organisation du chargement . L'air est doux et nous allons ainsi jusqu'à l'étrave pour voir le "bulbe" qui facilite notre progression . Ici c'est l'endroit où le tangage est le plus sensible mais je ne ressent presque rien , il faut faire corps avec le bateau , n'être qu'un élément de son unité et devenir ainsi un élément stable dans le mouvement d'ensemble de celui ci . L'écran radar va rester vide de spots pendant toute la traversée sauf un pêcheur au large des Açores qui bouge énormément dans la houle et un petit pétrolier en plein centre de l'atlantique , sinon nous sommes seuls . On traverse des grains , les milliers de tonnes du navire pulvérisent les vagues montantes de la houle de face et aux instants du choc tout vibre un instant à bord , deux puissances qui s'affrontent . Rien sur le radar , la voie lactée nous enveloppe de sa nuit , nous sommes seuls les problèmes terrestres ne sont pas les miens .Au centre de l'atlantique ce 14 janvier on échappe à d'autres grains mais le soleil est présent très souvent , il fait très doux , je suis en short et tee shirt sur la passerelle . Visite de la machine le lendemain avec notre ingénieur mécanicien finalement très accord qui nous entraîne dans cette cathédrale d'acier .J'ai beau être prévenu de ce genre de lieu je suis à chaque fois soufflé de l'importance de la partie "énergie" d'un cargo . Le poste de commandement machine est climatisé et insonorisé . Pas le reste par contre tout est très peu sale , pas d'huile ni de graisse qui traînent , ici les maîtres mots sont efficacité et ordre . Un grand merci à Monsieur Mihail Tipa notre Chief Engineer qui s'est révélé drôle pour cette visite amicale et sympathique nous sommes entre bonnes mains . Le lendemain j'ai appris à lire un radar et notamment à ne pas confondre l'écho d'un navire avec la trace des grains de pluie et la crête des grosses vagues .De toutes façons tout ce qui est très bas sur l'eau ne se détecte pas au radar pour preuve nous avons croisé "à toucher " une bouée dérivante de pêcheur que nous avons vu au dernier moment à la jumelle . Des dauphins jouent avec nous avec une vitesse surprenante 16 janvier , nous sommes dans la latitude du Canada , il fait un peu plus froid la houle s'accentue il pleut la grisaille s'installe , nous appercevont ce soir un petit cargo en route parallèle et nous passons au sud de la position du naufrage du Titanic (49°95 Long N - 41° 85 Lat W) Je remercie le Amber de ne pas me mettre dans la situation du type qui doit sauter à l'eau ici . 18 janvier 2018 On arrive dans les eaux US , fini la rigolade, il fait gris il bruine il ne fait que 4° mais avec le vent c'est terrible . Bonjour bonnet parka et foulard sur les ailerons et encore c'est limite . le soir le ciel se dégage sur un fond rouge sang admirable pour le coucher de soleil , signe de gel . Beaucoup de navires en approche c'est normal . A table le soir avec mon collègue nous levons notre verre pour les officiers et le commandant présent en guise de remerciements pour leur accueil . Congratulations réciproques , sourires tout va bien , la marine tient toujours ses promesses d'élégance et de respect entre les hommes ! 19 janvier 2018 : 3. 30 AM nous sommes devant NYDC . C'est féerique une fine ligne de lumières basses pointillent l'horizon , j'ai l'impression d'arriver sur une base spatiale dans un film de science fiction . Le pilote US est déjà à bord , les chiffres en anglais du cap à maintenir s'égraine dans un silence total . Cette fois les officiers ont mis leur pulls , dehors les pont sont gélés il fait - 5° au thermomètre mais avec le vent humide il doit bien faire plus de - 10° . C'est positivement glacial , le café chaud de la passerelle fait du bien . Petite allure à 10 noeuds qui nous fait glisser progressivement sous le pont Verrazano illuminé en plein c'est incroyable cette chance d'être ici . des marins commencent à casser la pellicule de glace sur l'aileron tribord pour pouvoir y accéder en sécurité . Un deuxième pilote arrive à bord pour nous guider vers le port de Newark . Il doit vraiment faire froid car il porte un anorak polaire avec plein de fourrure autour la capuche , on ne voit presque plus son visage . Il retire sa veste et ses gants et dirige la manoeuvre , on lui porte un café ! ET puis , et puis wahou !! le miracle de l'aube glacée qui se lève derrière Manhattan en ombres chinoises . Le ciel est rouge orangé c'est mirifique j'en ai les larmes aux yeux ( peut -être aussi à cause du froid!) Terminé pour les machines . On boit un autre café avec les pilotes qui me souhaitent un bon voyage aux US car je continue et avec le commandant . C'était formidable à coup sûr je vais recommencer Bon il faut débarquer après avoir vu les deux officiers de police US de l'immigration qui sont montés à bord . Ceux là ne rigolent pas du tout , debout devant eux ils regardent mon visa assez longtemps puis me regardent et c'est: "all right , you can go !" Photos avec le Commandant et Bogdan remerciements, je tombe dans les bras du cuisinier de son aide et de quelques matelots , on porte mon sac à terre , dernière tape sur l'épaule et je continue mon trip maintenant dans New York et vers l'ouest . On the road again man ! je remercie Sophie de Mer et Voyages pour sa gentillesse et sa cordialité , je tiens également à remercier la compagnie CMA CGM pour avoir accepté de m'embarquer sur ses navires . Puisse cette compagnie transmettre au Commandant Corneliu Constantin VLAD au Chief Officer Bogdan PADINEANU au Chief Engineer Bogdan Mihail TIPA et au Chief Cook Kapila Sisira Kumara Philip HALUGE l'expression de toutes mes cordialités pour leur accueil à leur bord ainsi que mon plus profond respect pour leur métier. Je ne saurais jamais les oublier . A bientôt chère Sophie pour ce mardi 6 à 19 heures Bernard Schumpp [-]
- voir ce voyage
cargos 05/02/2018 5
Voyage en cargo vers Chypre
Ces 7 jours de mon premier voyage sur le cargo Grande Scandinavia de Salerno à Limassol, avec esca...[+]
Ces 7 jours de mon premier voyage sur le cargo Grande Scandinavia de Salerno à Limassol, avec escales au Pirée, à Izmir, et à Ashdod resteront gravés dans ma mémoire et dans mon coeur! Tout simplement magnifique! Oubliés les jours d'attente à salerno - le voyage devait commencer le 31 décembre et finalement je suis monté sur le bateau le 3 janvier à 6 heures du matin , avec départ à 22h30! Mais il faut être prêt et organisé pour ces départs et arrivées fluctuants: Une fois sur le bateau , on oublie tous ces petits tracas! Et on se laisse bercer par le roulis, et on goûte non seulement à la délicieuse cuisine italienne, mais à cette vie très spéciale sur un cargo! J'avais prévu de lire toute une série de livre, mais finalement j'ai passé beaucoup de temps sur le pont supérieur, surtout une fois libéré de ses très nombreuses voitures, pour admirer la mer, ses couleurs toujours changeantes, ce sentiment d'être au bout du monde, avec très peu de bateaux croisés: Les heures passées sur la passerelle à discuter avec les officiers de quart sur leur métier, à regarder les cartes, à révasser en admirant la mer, ou à observer les manoeuvres d'accostage dirigées par un capitaine très concentré ont été des moments très précieux ! Un autre passager était du voyage, lui était monté à Anvers et effectuait un grand tour de 35 jours. Pour ma part ces 7 jours ont passé finalement très vite, et plus on approchait de Limassol, et plus je regrettais déjà de devoir quitter cet environnement très spécial, mais qui m'était devenu très familier! Sans aucun doute il y aura une deuxième voyage! Comme disent les jeunes c'est trop bien!!! et! [-]
- voir ce voyage
cargos 20/01/2018 5
Voyage en cargo au départ de Charleston (pavillon français)
Cette traversée Charleston-Le Havre à bord de la Traviata était ma quatrième expérience de voya...[+]
Cette traversée Charleston-Le Havre à bord de la Traviata était ma quatrième expérience de voyage en cargo et la troisième avec la CMA CGM. L’expérience inoubliable faite avec la CMA CGM sur le Fidelio (Fos-Salalah) fin 2014 n’était donc pas due à un hasard : mes cinq semaines de traversée Barcelone-Singapour début 2017 (encore sur le Fidelio) étaient extraordinaires et cette dernière traversée de l’Atlantique tout aussi magnifique. Trois fois traversées, trois commandants différents, mais à chaque fois le même accueil chaleureux et la même disponibilité pour répondre à nos questions. Le commandant et les officiers étaient français, le steward et l’équipage étaient philippins, tout le monde d’une grande gentillesse. A cette saison (décembre), les tempêtes sont fréquentes et la route a été infléchie vers le nord pour les éviter. Donc pas de désagréments particuliers, juste un roulis parfois prononcé, que pour ma part j’aime assez (il m’a manqué, quand je suis descendue à terre). Avant Le Havre, on fait escale à Southampton, Anvers, Rotterdam et Bremerhaven. C’était l’occasion de franchir le Pas-de-Calais et de voir tous ces grands ports du Nord. Anvers et Rotterdam de nuit sont fantastiques – et très beaux de jour également. À Bremerhaven, nous avons pu descendre à terre pour la journée (la ville n’est pas loin du port, contrairement à Rotterdam, par exemple). Nous avions une cabine très confortable et très claire, située à tribord (vue imprenable sur l’océan). Pour ceux qui ont des travaux en cours, un bon bureau permet d’écrire. Un salon très agréable et très clair est mis à la disposition des passagers. Il y a là de quoi se faire du thé ou du café, une table de jeux, un lecteur de DVD. J’ajoute enfin que nous avons fort bien mangé (cette fois-ci, le cuisinier était breton). Donc une merveilleuse traversée, que je recommande chaudement ! [-]
- voir ce voyage
cargos 10/01/2018 Pas de notes
Voyage en cargo de Fos sur Mer vers Miami
Ce voyage m'a ouvert un monde nouveau: pas celui de la mer, que je connais, ni des bateaux à voile...[+]
Ce voyage m'a ouvert un monde nouveau: pas celui de la mer, que je connais, ni des bateaux à voile ou des paquebots de croisière, c'est la première fois que je prenais un cargo. De nombreux facteurs m'ont frappée (voire subjuguée): la taille du bateau et le peu de membres d'équipage , le nombre de containers, de bateaux sur l'eau qui transportent les produits de par le monde, puis et surtout le facteur humain très influencé par la personne du commandant, qui était exceptionnel, expérimenté, tout comme son équipage d'ailleurs, il y a en parallèle le travail d'orfèvre fait par les Pilotes et les remorqueurs pour les entrées et sorties de port, leur professionnalisme comme celui de l'équipage force l'admiration! La personnalité du commandant est cruciale car il donne à son équipage un esprit remarquable de solidarité, de politesse, de sécurité, de qualité: il y avait deux groupes à bord: 6 Roumains et le reste Sri-Lankais, donc deux blocs de culture très différente, mais grâce au commandant, tout s'est passé dans l'harmonie totale. Ceci étant, ce genre de voyage n'est pas pour tous, il faut savoir maîtriser son autonomie, il n'y a pas de télévision, ni de radio, ni téléphone, pas de nouvelles du monde extérieur., il faut aimer la solitude. Je recommence dès que possible ! [-]
- voir ce voyage
cargos 30/12/2017 Pas de notes
Voyage en cargo vers Malte (Pavillon Français)
Le « Christophe Colomb » – Décembre 2017 L’ « abordage » de ce mammouth des mers, le Chr...[+]
Le « Christophe Colomb » – Décembre 2017 L’ « abordage » de ce mammouth des mers, le Christophe Colomb, invite à endosser le rôle de « flibustier » imaginaire pour une première expérience qui se révèlera magique. C’est un rêve qui remonte à ma tendre jeunesse d’effectuer un voyage sur un cargo et il couronne ma toute nouvelle entrée en pré-retraite. Voilà qui est fait ! Une navette spécialement autorisée me dépose au pied de ce gigantesque navire dans le port du Havre. Mon cœur bât la chamade tant l’émotion est grande de gravir cette interminable échelle accrochée aux flancs de la coque. Arrivée à bord, j’escalade d’abord des escaliers métalliques dans un décor de gros tuyaux et de marins casqués précédant un marin philippin qui me conduira à ma cabine à l’étage E (E comme Extraordinaire pour m’en souvenir !). Il m’informe que les repas ont lieu à 12h15 et 19h15 à l’étage B (… comme Bouffe). J’explore rapidement les autres niveaux U (upper deck au G sous la passerelle), j’ai besoin de trouver rapidement mes repères. J’apprends que je suis l’unique passagère à bord et également la seule femme. Assez drôle ! Le quai fourmille de grues qui s’agitent pour charger les containers. J’ai cru comprendre que le cargo peut en transporter environ 14.000 ! J’ai fait la connaissance en un éclair du commandant, M. Julien Genest, et de son second qui s’affairent à finaliser le chargement des containers et préparer l’appareillage du bateau qui ne partira finalement que le lendemain matin. Je passe ma première nuit à bord dans ma cabine VIP énorme et très confortable en prenant soin de veiller à être debout et présente à la passerelle à 6h du matin pour le grand départ. Il est 9h30 lorsque nous quittons le quai. Le commandant et le pilote gèrent cette délicate manœuvre avec génie puisque le brouillard est si dense que le mât de proue est masqué. Je crois en eux et en leurs instruments !! … que faire d’autre ! Nous croisons un autre container et le devinons lorsque nous nous trouvons côte à côte dans le chenal, pourtant il est également énorme. L’Atlantique nous accueille dans le calme comme l’ensemble du trajet le sera. La stabilité de ce bateau est incroyable. Ses 365 mètres de long et 50 mètres de large permettent certainement de dissuader toutes vagues qui voudraient s’en prendre à sa coque ! Le temps m’est offert maintenant d’aller dans les entrailles de ce « monsieur ». La visite des salles de machines (elles sont nombreuses) est organisée avec le chef mécanicien. Je suis fascinée, impressionnée ! La technologie est à son top. Tout est beau, gigantesque, qualificatif qui s’applique au Christophe Colomb dans son ensemble. Je parcourrai les coursives interminables du « Upper deck » en quête d’images, les sujets ne manquent pas. Les escaliers des étages U à G me serviront d’entrainement physique. Pas besoin d’autres machines à muscles … J’ai gravi en moyenne 25 à 30 escaliers quotidiennement. L’équipage est formé de 25 marins essentiellement philippins. Le commandant et ses officiers sont français. La maîtrise de l’anglais me permet de communiquer avec chacun, bien que, ni les uns, ni les autres ne soient très causants. Pas grave, cela me permet une introspection salutaire à l’aube de ma nouvelle étape de vie. Noël à bord ! Extraordinaire ! Nous nous retrouvons tous dans une énorme salle autour d’un sapin, de cadeaux et d’un père Noël gonflable (j’adore). Le champagne est sabré (à ma demande) par le commandant avec une dextérité surprenante et s’ensuit un repas gargantuesque minutieusement préparé par le cuisinier philippin. La soirée s’achève très tardivement avec des jeux et du karaoké (1er de ma vie !) dans la joie et la convivialité. Nous avons franchi le détroit de Gibraltar de nuit et voguons dès lors en Méditerranée. Le calme se poursuit. Hélas, Malte approche et avec, la fin de mon périple. Après une semaine mémorable à bord du Christophe Colomb, je vais devoir, le cœur gros, descendre cette échelle que j’ai gravie avec tant d’émotions 6 jours plus tôt. Je remercie très chaleureusement le commandant Genest et l’ensemble de son équipage pour m’avoir choyée et permis de vivre cette grande et magnifique première expérience. Une chose est certaine, « je repartira » !!! Simone Curtet (simone.curtet@gmail.com) [-]
- voir ce voyage
cargos 30/12/2017 5
Voyage en cargo vers Malte (Pavillon Français)
C'est une parenthèse dans le temps! De l'appareillage au débarquement, c'est une suite de découv...[+]
C'est une parenthèse dans le temps! De l'appareillage au débarquement, c'est une suite de découvertes que je recommande vivement.Un équipage extraordinaire toujours disponible et à l'écoute de la moindre de nos questions, une liberté de déplacement à bord et des paysages superbes particulierement en passant le détroit de Gibraltar et une arrivée sur le terminal de Marsaxlokk au levant.Une traversée qui donne l'envie immédiate de repartir!!! [-]
- voir ce voyage
cargos 20/11/2017 5
Voyage à Malte, forfait tout inclus (pavillon français)
Ce fut un beau voyage, dans des conditions optimisées, tant météo que de gentillesse d'accueil de...[+]
Ce fut un beau voyage, dans des conditions optimisées, tant météo que de gentillesse d'accueil de l'ensemble de l'équipage. Nous avons bénéficié, les 2 autres passagers et moi même d'une totale liberté de circulation sur l'ensemble du bateau. La sur-dimension de cet espace est remarquable - l'impressionnante salle des machines, la passerelle des commandes, le chargement, la masse du bâtiment - et s'apprivoise au bout de quelques heures. Nous avons bénéficié d'une navigation de jour pour le passage de Gibraltar et de l'arrivée sur Malte. C'est un monde à part, à découvrir, tant l'humanité des relations est d'un bonheur simple et vraie. [-]
- voir ce voyage
cargos 17/11/2017 5
Voyage en cargo vers le Canada
Cela fait tout juste une semaine que je suis rentrée de mon voyage en cargo à bord du porte contai...[+]
Cela fait tout juste une semaine que je suis rentrée de mon voyage en cargo à bord du porte container Cap Jervis. Ce voyage a duré 36 jours, partant de Barcelone, traversant l'océan, ensuite le Canal de Panama, remontant la côte Ouest de l'Amérique jusqu'à Vancouver. J'étais le seul passager sur ce bateau, j'avais la cabine de l'armateur, très confortable, à ma disposition. L'expérience était absolument formidable, je peux dire que tout était parfait. Tout correspondait à mes attentes, même la météo. L'équipage sur le bateau est mélangé : Les officiers et les ingénieurs étaient des nationalités différentes, essentiellement des pays d'Europe de l'Est. L'équipage était composé de Philippins et de Trinidad. J'étais la seule femme à bord, tout le monde m'a respectée. Au début j'étais installée sur une chaise longue sur mon balcon, j'ai passé beaucoup de temps à observer le chargement des containers dans les ports, regarder les bateaux qui passaient, ou contempler la mer. Je voulais lire mais j'étais tellement excitée et curieuse à observer et à tout voir, que j'étais incapable de me concentrer. Je suis allée à terre quand cela était possible, mais finalement j'étais contente chaque fois de revenir à bord. Le passage à Panama était un des points fort du voyage. Le pilote m'a donné plein d'explications sur le fonctionnement du canal. J'ai eu de la chance de pouvoir visiter la salle des machines, d'une propreté impressionnante. J'ai observé avec beaucoup d'intérêt les activités portuaires, l'accostage au quai avec cet immense bateau, l'arrivée des remorqueurs. J'ai beaucoup apprécié la solitude, le temps passait beaucoup trop vite. Les souvenirs sont encore très vivants, je n'arrête pas raconter à mon entourage tout ce que j'ai vécu. Dans ma tête je planifie déjà mon prochain voyage. Un grand merci à l'équipe Mer & Voyages pour leur support ! [-]
- voir ce voyage
cargos 13/11/2017 Pas de notes
Voyage en cargo au départ de New York (pavillon français)
Super expérience de trois semaines entre New-York et Anvers! Équipage au top, super ouvert. Je n'a...[+]
Super expérience de trois semaines entre New-York et Anvers! Équipage au top, super ouvert. Je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer et je recommencerais volontiers! [-]
- voir ce voyage
cargos 13/11/2017 4
voir tous les témoignages