AFFINER VOTRE RECHERCHE
AFFINER VOTRE RECHERCHE
fermer
279 résultats

40 VOYAGES EN CARGO PASSANT PAR : USA

Classement par : prix duree popularité
Nos derniers témoignages
Voyage en cargo vers Malte (Pavillon Français)
J'ai eu le bonheur de relier Le Havre à Malte à bord du géant de CMA-CGM l'AMERIGO VESPUCCI du 5...[+]
J'ai eu le bonheur de relier Le Havre à Malte à bord du géant de CMA-CGM l'AMERIGO VESPUCCI du 5 au 11avril 2018. La haute mer nous offrit des couleurs et une dynamique différents de notre mer côtière. Du tangage et du roulis à l'occasion d'une dépression sur l'Atlantique qui modifia notre route. L'observation des petits cargos croisés et fortement secoués par une mer très formée nous fit mesurer notre excellent confort.Impossible de se lasser de regarder le bleu profond de l'eau, le rouge du ciel matin et soir. La rencontre des 5 autres passagers Français et Hollandais fut un plus. Des profils,des parcours différents,des points communs tels les voyages terrestres nombreux pour tous et maritimes pour plusieurs. Indépendance, liberté des valeurs qui parlent à tous mais associées à un vrai plaisir des moments partagés autour de l'excellente table du carré notamment. Ce voyage fut l'occasion d'échanger avec les officiers et l'équipage franco-philippin à la passerelle et dans la machine qui héberge tout simplement le moteur le plus puissant du monde avec son cortège de techniques diverses insoupçonnables. Rapports faciles avec l'équipage et liberté de mouvements à bord au niveau du pont, du château avec accès libre à la timonerie. Participer aux exercices de sécurité et comprendre ce que ce mot signifie à bord permet d'adapter son comportement pour profiter des ballades sur le pont autour des conteneurs au prix de contraintes minimes. On peut donc chaque jour marcher (800m par tour complet) selon ses besoins et l'état de la mer, monter et descendre les marches du château et profiter de la salle de sport. Suivre la navigation,lire,écrire,méditer furent mes autres occupations à la passerelle ou dans le confort d'une superbe cabine de vingt cinq m2.Ajoutons les photos bien sûr. Au Havre ,de jour, et à Marsaxlokk,de nuit, la découverte du travail portuaire et de la valse des conteneurs, de leur gestion informatisée à bord se révéla passionnante. Un voyage pleinement réussi loin du quotidien et de ses actualités envahissantes. PS la préparation du voyage fut aisée grâce à Mer et voyages. [-]
- voir ce voyage
cargos 13/04/2018 5
Boucle en cargo vers la Finlande
Alors voilà, j'ai réalisé un de mes rêves les plus anciens: faire une croisière en cargo. Premiè...[+]
Alors voilà, j'ai réalisé un de mes rêves les plus anciens: faire une croisière en cargo. Première expérience, une boucle au départ de Anvers, direction la Finlande : Hanko puis Rauma, et retour à Anvers. La navire, une magnifique CON-RO, la belle MV Pulpca, battant pavillon néerlandais. Les anglais ont donné un genre aux navire, le féminin. Pulpa est magnifique. Conçue spécifiquement pour ce type de mer, souvent recouverte de glace, parfois tumultueuse, Pulpca est aussi manoeuvrable qu'un ferry. Le chief cook, qui a la qualité d'intendant pour les passagers, me laisse choisir ma cabine. Je suis le seul passager. Lit superposé, table/bureau, frigo, rangements salle d'eau et toilettes. C'est simple mais il n'y a rien à redire. Règles de vie à bord: petit déjeuner à 7h30, midi à 11h30 et repas du soir à 17h30. Plus tard je rencontre le capitaine; petit homme Néerlandais, chemise à carreaux, avec derrière lui 38 ans de mer. Il m'invite à assister au départ et à la sortie du port d'Anvers à 21h. Je resterai à ses côtés sur la passerelle jusqu'à 3h30. Le rêve d'enfant, être tout en haut, devient réalité. J'aurai accès 24/7 à la passerelle. Une routine s'établit, entre moments d'isolements choisis, pour lire, contempler, respirer, écrire, et moments avec l'équipage. Les officiers sont Estoniens et Russes, les marins Philippins. Petit à petit, les discussions s'engagent, timidement, je découvre l'univers de ces hommes de la mer. Ils sont curieux, un passager, c'est pas commun. Ils m"interrogent, "pourquoi tu fais ce voyage?", on rit, on échange. La nuit, le capitaine me livre ses expériences, les mers du monde, les tempêtes, les pirates, les narco-trafiquants... J'aime observer son commandement, sa rigueur. Et surtout, sa passion. Le log book avec ses phrases rédigées au stylo arborent une sorte de magie qui me fascine : "easy moving vessel", "restricted visibility expected, > 1nm = call captain", "look out on duty until further notice", "sea: slight",etc. J'aime regarder cette cohabitation de haute technologie, ces instruments ultramodernes et ces outils papier, ce compas en laiton. Un officier prendra même le temps de m'expliquer comment positionner le navire sur la carte. J'aime observer la concentration qui règne la nuit sur la passerelle. Les mécanismes, les lookouts, c'est passionnant. Il y règne une atmosphère singulière, pleine de sérénité et de concentration. Du silence, si ce n'est la machine à café ou la bouilloire, les alarmes des veilles automatiques, des messages radios. Dehors, les étoiles éclairent la mer. La nuit est magnifique. Qu'elle soit calme ou agitée, la mer est belle. Deux jours de tempête en mer du nord, des creux de 5 à 8 mètres. Pulpca m'impressionne. Elle bouge... beaucoup. Cela me plait. On évite le canal de Kiel trop embouteillé et faisons le tour par la Great Belt. La liaison du Grand Belt nous surplombe. Ce pont de 18 km de long. J'observe avec émotion les officiers et marins immortalisant leur premier passage sous l'ouvrage. Le coucher de soleil est magnifique derrière ce grand pont. La route se poursuit, il fait soleil, mais froid. Il y a de la glace sur les ponts extérieurs, et au fur et à mesure que la Finlande se rapproche, des plaques de glace dans la mer sont visibles. C'est impressionnant. Nos deux escales me permettent de voir un morceau de Finlande, assez désert et froid. Mais la lumière est magnifique, je visite le musée maritime de Rauma. Petit mais sympathique et l'accueil est extraordinaire. Je discute dans le cafés, les gens sont sympas. Retour sur la belle Pulpca, les officers m'expliquent le chargement. Les calculs, la gravité, les chargements spécifiques... et les dockers, selon les ports. On en rit. Voyage du retour, à nouveau the Great Belt. Je visite les entrailles de la belle dame. Et j'observe avec admiration l'amour qu'à la Capitaine pour sa belle Pulpca et son équipage. En route des globicéphales nous saluent. Je suis toujours ému par la faune marine. De retour à Anvers, c'est ému que je lui dit au revoir à cette belle Pulpca et à ses hommes. Elle a été ma maison, ils mes colocataires. Même sur une si court voyage, j'ai aimé cette proximité. Ces règles de vie. Je ne remercierai sans doute jamais suffisamment le capitaine pour sa passion et son talent, et son équipage pour sa gentillesse. J'ai vécu une semaine de bonheur intense et inoubliable! Toute ma vie je garderai un souvenir très ému et profond de ce voyage (allongé de deux jours "à cause", ou plutôt "grâce" à la tempête). Je n'ai qu'une envie, repartir, plus longtemps cette fois. [-]
- voir ce voyage
cargos 11/04/2018 5
Voyage en cargo au départ de Miami vers Gênes
Miami -Gênes , mon quatrième et dernier voyage sur un cargo .En février 2019 je serai " hors d'â...[+]
Miami -Gênes , mon quatrième et dernier voyage sur un cargo .En février 2019 je serai " hors d'âge" pour traverser l'Atlantique . Comme je le regrette !!! À ceux qui me disent : " Ce doit être toujours pareil ",je réponds que.... Je ne suis jamais lassée de cette impression unique de solitude quand à l'avant du cargo ,dans le silence et face à l'infini du ciel et de la mer on se croit seul au monde . Je m'émerveille toujours autant devant ces somptueux couchers de soleil .A l'entrée du détroit de Gibraltar , le soleil gardant pour lui ses couleurs les plus chaudes , lance Dans tout l'espace ses rayons nous enveloppant dans un camaïeu de rose et de bleu . Je suis toujours impressionnée par le jet puissant des baleines jaillissant comme des geysers au-dessus de l'eau . je ne me lasse pas d'admirer le ballet des oiseaux virevoltant dans leur costume gris ,blanc, noir , beige ... J'applaudis encore à chaque saut de dauphins quand ils nous font l'honneur de venir gambader près de nous J'apprécie toujours autant la relation avec l'équipage. Quelle que soit leur nationalité, tous sont charmants , souriants et prêts à faire plaisir . Et comment ne pas parler des compagnons de voyage qui tous ont un vécu un peu exceptionnel : toi , Stacy , l'Américaine qui a su larguer les amarres pour vivre une autre vie ailleurs et nous racontait si joliment les anecdotes de ton existence , toi René, le baroudeur qui terminait un tour du monde sans jamais prendre l'avion , toujours discret et très attentionné. Non, non et non , je ne serai jamais blasée ! [-]
- voir ce voyage
cargos 10/04/2018 3
Voyage en cargo vers les grands ports européens (Pavillon français)
Après avoir suivi à la trace le navire sur Marine Traffic Global, nous embarquons sur l'Amerigo Ve...[+]
Après avoir suivi à la trace le navire sur Marine Traffic Global, nous embarquons sur l'Amerigo Vespucci dans le port du Havre à temps et à heure. Monter à bord d'un navire de cette taille était pour moi un rêve. C'est l'aventure de tous les superlatifs, une aventure qui met le voyageur en perspective dans un monde de gigantismes et de démesures. Il y a beaucoup à en dire mais l'essentiel me semble ailleurs. Passionné par les métiers atypiques, je montais à bord avec le secret espoir de pouvoir accéder au personnel et aux fonctions, le tout armé de mon appareil photo. Passées les quelques heures nécessaires à s'apprivoiser, le commandant a été royal avec moi. La sécurité reste l'obsession à bord et le pont est par exemple inaccessible pendant la manoeuvre de chargement. Hormis cette contrainte, j'ai pu aller partout et voir toute l'activité du navire. La passerelle a été l'occasion de très longues conversations instructives avec les officiers jamais avares dans leurs explications. Pavillon français, cuisinier français, cabine incroyablement confortable, le voyage est 100% à la hauteur de mes espérances. Nous avons eu quelques belles surprises comme la neige, un hélitreuillage de pilote et la visite d'un sous-marin de l'Otan en mer du Nord. Ce que je regrette ? De ne pas l'avoir fait plus tôt. Ce que je conseille ? Faire un peu plus de mer : notre voyage avait pour escales Le Havre, Hambourg, Anvers, Rotterdam, Le Havre. L'étape d'après amenait le navire à Malte avant son périple vers l'Asie. Faire ce bout de trajet vers Malte aurait été parfait pour équilibrer les temps de navigation avec les temps de manoeuvres. Si c'était à refaire ? Je n'hésiterais pas une seconde. [-]
- voir ce voyage
cargos 10/04/2018 5
Voyage en cargo vers Montevideo, Uruguay
Voyage en cargo vers Montevideo, Uruguay
Nous avons embarqué sur le Grande Africa avec nos 3 enfants le 15 novembre 2017 ! Ce voyage en car...[+]
Nous avons embarqué sur le Grande Africa avec nos 3 enfants le 15 novembre 2017 ! Ce voyage en cargo était pour nous une aventure dans l'aventure ! Effectivement notre traversée sur le Grande Africa n'était Que le début d'un long voyage sur le continent sud américain. Et pour nous le voyage en cargo restera une aventure inoubliable : de l'embarquement lors duquel nous nous sentions un peu perdu, de notre arrivée à Dakar, du mémorable passage de l'équateur, de notre arrivée au lever du soleil dans la baie de Rio jusqu'au Noël fêté avec l'équipage ! Chaque instant de ces 44 jours de traversée était magique ! Une découverte fabuleuse de ce milieu, un équipage au petit soin de nos enfants à tel point qu'aucun de nous ne voulait vraiment descendre le 29 décembre à Montevideo ! Alors merci à Mer et Voyage de nous avoir permis de vivre cette incroyable traversée en famille ! 1000 caractères c'est bien trop court pour tout vous raconter ! Alors on vous invite à venir sur notre blog pour lire le récit de notre merveilleux voyage en cargo à l'adresse suivante : www.tiliky-trip.com et de retrouver sur notre compte Facebook nos aventures sur le cargo en vidéo ! Et bien sûr à la question : est ce qu'on le referait ? On répond : OUI sans hésitation ! [-]
- voir ce voyage
cargos 10/03/2018 Pas de notes
Voyage en cargo de Fos sur Mer vers la Réunion
Nous voilà partis de Fos sur mer pour notre 7ème voyage en cargo après un retard de presque une s...[+]
Nous voilà partis de Fos sur mer pour notre 7ème voyage en cargo après un retard de presque une semaine. Il fait 10 ° dehors. Grande cabine spacieuse à bord du Conti Lyon et premiers contacts avec le troisième puis le Messman. Quelques mots sur le bateau : capitaine russe, équipage totalement philippin, vieux porte container (presque 20 ans) pas tres bien entretenu. Départ prévu dans la nuit en direction de Gênes où nous attendons à l'ancre 24h une place au port avec en fond les collines sous la neige. Pas de possibilité de descendre. Départ le lendemain pour Damiette en Égypte où nous arrivons 5 jours après. Nous y restons une journée sans possibilité de descendre à terre non plus. Arrivée dans la nuit suivante devant le canal de Suez où nous prenons la file d'attente. Rentrée dans le canal au petit matin et ce fut 10 heures intenses et superbes de traversée. Nous débouchons sur la Mer Rouge sous le soleil où le trafic est intense. Petit arrêt réparation en pleine mer . Nous profitons de la piscine à 26°, du sauna et de la table de ping-pong. Puis nous arrivons au golfe d Aden avant de piquer vers le Sud en direction de la Réunion que nous atteignons au bout du 17eme jour, il fait 30° maintenant ! Le bateau en repartira 36 heures plus tard et nous y resterons une semaine [-]
- voir ce voyage
cargos 22/02/2018 Pas de notes
Voyage en cargo de Singapour vers Sydney (pavillon français)
Voyage en cargo de Singapour vers Sydney (pavillon français)
Ma traversée à bord du Rossini a été ponctuée par de merveilleuses rencontres, des paysages ép...[+]
Ma traversée à bord du Rossini a été ponctuée par de merveilleuses rencontres, des paysages époustouflants, des couchers et levers de soleil d'une beauté saisissante, et une sensation de liberté et de bonheur au fil de l'eau rarement expérimentée ailleurs. J'ai particulièrement aimé la lenteur de la traversée, la pleine sensation de la distance, de l'étendue parcourue, le sentiment d'avoir le temps pour tout. Et je peux désormais dire que la mer n'est pas bleue: elle est multicolore, elle change tout le temps, elle se vêt de mille lumières et brillances, même la nuit, sous des ciels étoilés de pôle a pôle... Les dauphins jouant à toute allure devant le bulbe de ce géant des mers, narguant ma qualité d'animal terrestre! C'est le début d'une belle et longue histoire pour moi: naviguer, c'est la réalité profonde du voyage, le rythme de la vie naturelle, le ravissement d'être en mouvement et intensément vivante. [-]
- voir ce voyage
cargos 17/02/2018 4
Voyage en cargo de Fos sur Mer vers New York
En fait ce voyage n'est que la confirmation d'un précédant sur un autre cargo porte conteneurs le CMA CGM O...[+]
En fait ce voyage n'est que la confirmation d'un précédant sur un autre cargo porte conteneurs le CMA CGM Otello en mer du nord en 2017 qui a durer une semaine . Cette fois ce sera le CMA CGM Amber qui va être ma " maison " . Mon périple est prévu entre Fos sur Mer et New York en janvier 2018 . Des escales à Barcelone et Valence sont prévues pour chargement et déchargement de " boites" avec une estimation de traversée de 10 jours en mer . J'arrive donc à Marseille venant de Paris le 1er janvier pour embarquement le 2 mais le bateau ne sera à quai que le 4 pour des raisons évidentes de trafic en amont . Je passe donc ces deux jours dans Marseille que je ne connais pas mais avec un peu d'anxiété de l'attente et de cette nouvelle vie qui arrive . Enfin il est arrivé , confirmation de CMA , train pour Fos , taxi , je ris en pensant à ces petits kilomètres ridicules comparés à ce qui m'attends . Et le voilà c'est lui il est énorme quoique un petit moins grand que l'Otello mais peu importe , désormais c'est mon navire et c'est chez moi . Au pied de la coupée je regarde vers le haut , deux marins équipés sécurité me font des signes d'amitié et de bien bienvenue alors que l'un deux descend l'échelle pour me dire bonjour et embarque mon sac . J'apprécie parce qu'il est un peu lourd et les marches sont grasses mieux vaut assurer mon arrivée . Pont U , deck office , sourires , poignées de mains mon nom est déjà inscrit sur le tableau d'embarquement avec un autre compagnon . OK je parle quand même un peu l'anglais (restons modeste) mais cette langue parlée par des Shri Lankais : dur dur !! Enfin l'aventure étant l'aventure je me laisse guider par le " Mess Man" qui me conduit pont E , en haut , par l'ascenseur c'est mieux car il y a quatre autres ponts avant d'y arriver . Ma cabine ne me surprend pas , décors moderne , simple mais pratique et confortable , moquette, toilettes intégrées j'ai déjà vu sur l'Otello , hublot carré vers la proue et sans conteneurs devant (ce sera utile) Promis c'est beaucoup mieux que certaines chambres d'hotel . Pendant que je range mes affaires un second officier me demande de l'accompagner pont U au deck office pour quelques formalités d'usages , présentation au "chief officer " (le second) charmant et élégant jeune gars de trente ans ,trois galons , il est roumain il s'appelle Bogdan Padineanu , sourires poignée de mains , bienvenue à bord !! je me sens bien . On me donne un gilet fluo de sécurité de la compagnie et un casque avec CMA CGM marqué dessus , je m'intègre à cet équipage . Brèves consignes de sécurité : le bateau m'est accessible partout sauf sur les aires de stockage des boites pendant les manoeuvres de chargement déchargement et sur l'avant en cas de tempête , pour moi c'est une évidence . J'aurais aussi la possibilité de visiter la machine mais accompagné de l'ingénieur mécanicien , encore une évidence . Premier rendez vous important , il est midi direction le mess des officiers pour déjeuner , un peu timide je franchis le seuil qui est au pont A pour y rencontrer l'autre passager qui est déjà là mais aussi le cuisinier (chief cook) Philip Haluge et son aide tous les deux Shri Lankais . Mon collègue est français mais il travaille à San Francisco dans une start up c'est reposant de parler sa langue :-) Enfin voici l'état major 6 officiers tous roumains dont le commandant : le "Captain" Cornelui Constantin Vlad . On se lève , nouvelles présentations sympathiques , je connais déjà , Bogdan , il y aussi l'ingénieur mécanicien grand et bourru qui se révélera très cordial , le deuxième officier mécanicien , l'ingénieur électricien machine silencieux et l'ingénieur électricien des "reefers" (conteneurs frigos) . Ces hommes sont les premiers officiers , ils mangent ensemble à leur table réservée , les seconds et troisièmes officiers ont leur propre table tout comme les passagers mais dans le même espace . L'équipage (crew) à son propre mess de l'autre côté de la cuisine mais tout le monde mange pareil . Enfin presque car seuls les passagers ont droit à un excellent vin californien le soir , merci commandant ! On part début AM , le pilote est bord , un remorqueur à l'arrière nous tire vers le centre du bassin tandis que le moteur de coque avant écarte la proue du quai , il fait beau j'ai investi les ailerons extérieurs mais déjà on m'invite dans le saint des saints : "le bridge" c'est la passerelle de commandement . Je connais déjà ce genre d'endroit depuis l'Otello mais c'est tout de même très impressionnant d'être là , j'ai ce sentiment d'exception d'être dans un lieu stratégique que très peu de personne au monde connaissent , j'en suis fier ! Attention toujours saluer les personnes de quart en arrivant , le commandant et le second sont en chemise blanche galons aux épaules un geste de la main ils nous ont vu ils répondent de la même façon . En mer et avec un peu plus d'habitude le salut sera souvent ponctué d'un "hello" ou "Hi" voire d'une main sur l'épaule pour l'officier et le timonier , mais pour le commandant ce sera "Morning captain !" avec un serrage de main , mais de toutes façons le respect et la politesse s'impose à tous , ne pas faire bruit inutile et surtout ne pas fumer et encore moins faire des photos flashes la nuit . Je vais apprendre à dépasser une certaine timidité en parlant avec les officiers pendant les quarts , je crois même qu'ils aiment ça . Le bridge va devenir mon deuxième centre de vie , on domine ici , on peut utiliser les jumelles disponibles , consulter les cartes , visionner les écrans radars surtout la nuit et puis le café est meilleur avec des petits gateaux :-) Bon nous sommes en route vers Barcelone , une journée dans le golfe du Lion , belle mer et puis le commandant nous annonce que ce port est très encombré suite à une fermeture pour une tempête . Quand on arrive il y a déjà 6 navires à l'ancre on fait pareil et attend . On attendra 4 jours !!!! Bouchon sur l'eau et les navires qui arrivent plus qu'ils ne rentrent à la fin on sera une vingtaine dans la rade . Seul incident un jour au mess les officiers quittent la table en urgence , il fallait manoeuvrer car l'ancre dérapait . Et puis un soir notre commandant joyeux nous annonce qu'enfin nous rentrons dans le port dans la nuit (3h du matin) Je suis sur le bridge avec mon collègue , silence partout , lumières d'ambiance éteintes seuls les écrans radars illuminent de leur lumière bleue les visages du captain et de l'officier de navigation . On navigue en silence au milieu des autres , 190 000T qui se faufilent entre les ombres et s'alignent dans la passe des navires marchands , du grand art ! Je suis sidérer , les lumières d'Espagne s'avancent en silence seul le joyeux pilote catalan qui arrive et lance son "Muy bien Capitan " agrémente cet instant de concentration . On restera 12 heures à quai , départ le lendemain vers 13h pour Valence toujours le beau temps . Deux jours plus tard nous y sommes , la manoeuvre d'accostage est une merveille de précision entre un autre cargo et le quai perpendiculaire , une affaire de quelques mètres , bravo le commandant , bravo les remorqueurs , bravo le pilote . Je suis mord de rire en pensant aux personnes qui ne peuvent pas garer une Clio entre deux autres voitures à Paris . A peine 12 heures plus tard on repart mais cette fois pour du sérieux , Gibraltar et puis l'atlantique nord en hiver qui ne peut pas être comparé au lac d'Annecy en été !!!! Mais je reste serein je ne connais pas le mal de mer et puis une petite tempête sera toujours un sacré souvenir non ? . J'ai un nouveau compagnon , le précédent ayant du partir en urgence à Valence pour son travail aux USA . Cette fois je suis avec Romuald un franco canadien du Québec donc qui parle français , c'est bien pour nos futures très longues conversations du soir devant une bonne bouteille de la cave du Amber . Long trajet je trouve pour accéder au "rocher" toujours par beau temps , beaucoup de bateaux dans les deux sens , à droite vers l'océan à gauche pour la rentrée en Méditerranée . Le voilà ce cap stratégique si gardé pendant les guerres mais aujourd'hui il se découpe tranquille dans une légère brume entre deux cargos aux coques rouges , ça fera une belle photo . Il y a des petits voiliers de particuliers qui naviguent dans ce maelström de cargos , pas peur les gars ! Bon nous sommes le 10 janvier on file 16 noeuds cap au 275 on recule d'une heure . Le bateau tangue très légèrement et l'étrave s'enfonce dans le bleu marine avec quand même des gerbes d'écumes qui nous rappellent que la grande houle de l'atlantique ne nous quittera plus . C'est génial car c'est comme un bercement qui nous fait énormément dormir . Je me sens en parfaite sécurité la nuit dans ma cabine . Le lendemain grande ballade sur le pont U celui des conteneurs avec mon collègue et un deuxième officier qui nous explique l'organisation du chargement . L'air est doux et nous allons ainsi jusqu'à l'étrave pour voir le "bulbe" qui facilite notre progression . Ici c'est l'endroit où le tangage est le plus sensible mais je ne ressent presque rien , il faut faire corps avec le bateau , n'être qu'un élément de son unité et devenir ainsi un élément stable dans le mouvement d'ensemble de celui ci . L'écran radar va rester vide de spots pendant toute la traversée sauf un pêcheur au large des Açores qui bouge énormément dans la houle et un petit pétrolier en plein centre de l'atlantique , sinon nous sommes seuls . On traverse des grains , les milliers de tonnes du navire pulvérisent les vagues montantes de la houle de face et aux instants du choc tout vibre un instant à bord , deux puissances qui s'affrontent . Rien sur le radar , la voie lactée nous enveloppe de sa nuit , nous sommes seuls les problèmes terrestres ne sont pas les miens .Au centre de l'atlantique ce 14 janvier on échappe à d'autres grains mais le soleil est présent très souvent , il fait très doux , je suis en short et tee shirt sur la passerelle . Visite de la machine le lendemain avec notre ingénieur mécanicien finalement très accord qui nous entraîne dans cette cathédrale d'acier .J'ai beau être prévenu de ce genre de lieu je suis à chaque fois soufflé de l'importance de la partie "énergie" d'un cargo . Le poste de commandement machine est climatisé et insonorisé . Pas le reste par contre tout est très peu sale , pas d'huile ni de graisse qui traînent , ici les maîtres mots sont efficacité et ordre . Un grand merci à Monsieur Mihail Tipa notre Chief Engineer qui s'est révélé drôle pour cette visite amicale et sympathique nous sommes entre bonnes mains . Le lendemain j'ai appris à lire un radar et notamment à ne pas confondre l'écho d'un navire avec la trace des grains de pluie et la crête des grosses vagues .De toutes façons tout ce qui est très bas sur l'eau ne se détecte pas au radar pour preuve nous avons croisé "à toucher " une bouée dérivante de pêcheur que nous avons vu au dernier moment à la jumelle . Des dauphins jouent avec nous avec une vitesse surprenante 16 janvier , nous sommes dans la latitude du Canada , il fait un peu plus froid la houle s'accentue il pleut la grisaille s'installe , nous appercevont ce soir un petit cargo en route parallèle et nous passons au sud de la position du naufrage du Titanic (49°95 Long N - 41° 85 Lat W) Je remercie le Amber de ne pas me mettre dans la situation du type qui doit sauter à l'eau ici . 18 janvier 2018 On arrive dans les eaux US , fini la rigolade, il fait gris il bruine il ne fait que 4° mais avec le vent c'est terrible . Bonjour bonnet parka et foulard sur les ailerons et encore c'est limite . le soir le ciel se dégage sur un fond rouge sang admirable pour le coucher de soleil , signe de gel . Beaucoup de navires en approche c'est normal . A table le soir avec mon collègue nous levons notre verre pour les officiers et le commandant présent en guise de remerciements pour leur accueil . Congratulations réciproques , sourires tout va bien , la marine tient toujours ses promesses d'élégance et de respect entre les hommes ! 19 janvier 2018 : 3. 30 AM nous sommes devant NYDC . C'est féerique une fine ligne de lumières basses pointillent l'horizon , j'ai l'impression d'arriver sur une base spatiale dans un film de science fiction . Le pilote US est déjà à bord , les chiffres en anglais du cap à maintenir s'égraine dans un silence total . Cette fois les officiers ont mis leur pulls , dehors les pont sont gélés il fait - 5° au thermomètre mais avec le vent humide il doit bien faire plus de - 10° . C'est positivement glacial , le café chaud de la passerelle fait du bien . Petite allure à 10 noeuds qui nous fait glisser progressivement sous le pont Verrazano illuminé en plein c'est incroyable cette chance d'être ici . des marins commencent à casser la pellicule de glace sur l'aileron tribord pour pouvoir y accéder en sécurité . Un deuxième pilote arrive à bord pour nous guider vers le port de Newark . Il doit vraiment faire froid car il porte un anorak polaire avec plein de fourrure autour la capuche , on ne voit presque plus son visage . Il retire sa veste et ses gants et dirige la manoeuvre , on lui porte un café ! ET puis , et puis wahou !! le miracle de l'aube glacée qui se lève derrière Manhattan en ombres chinoises . Le ciel est rouge orangé c'est mirifique j'en ai les larmes aux yeux ( peut -être aussi à cause du froid!) Terminé pour les machines . On boit un autre café avec les pilotes qui me souhaitent un bon voyage aux US car je continue et avec le commandant . C'était formidable à coup sûr je vais recommencer Bon il faut débarquer après avoir vu les deux officiers de police US de l'immigration qui sont montés à bord . Ceux là ne rigolent pas du tout , debout devant eux ils regardent mon visa assez longtemps puis me regardent et c'est: "all right , you can go !" Photos avec le Commandant et Bogdan remerciements, je tombe dans les bras du cuisinier de son aide et de quelques matelots , on porte mon sac à terre , dernière tape sur l'épaule et je continue mon trip maintenant dans New York et vers l'ouest . On the road again man ! je remercie Sophie de Mer et Voyages pour sa gentillesse et sa cordialité , je tiens également à remercier la compagnie CMA CGM pour avoir accepté de m'embarquer sur ses navires . Puisse cette compagnie transmettre au Commandant Corneliu Constantin VLAD au Chief Officer Bogdan PADINEANU au Chief Engineer Bogdan Mihail TIPA et au Chief Cook Kapila Sisira Kumara Philip HALUGE l'expression de toutes mes cordialités pour leur accueil à leur bord ainsi que mon plus profond respect pour leur métier. Je ne saurais jamais les oublier . A bientôt chère Sophie pour ce mardi 6 à 19 heures Bernard Schumpp [-]
- voir ce voyage
cargos 05/02/2018 5
Voyage en cargo vers Chypre
Ces 7 jours de mon premier voyage sur le cargo Grande Scandinavia de Salerno à Limassol, avec esca...[+]
Ces 7 jours de mon premier voyage sur le cargo Grande Scandinavia de Salerno à Limassol, avec escales au Pirée, à Izmir, et à Ashdod resteront gravés dans ma mémoire et dans mon coeur! Tout simplement magnifique! Oubliés les jours d'attente à salerno - le voyage devait commencer le 31 décembre et finalement je suis monté sur le bateau le 3 janvier à 6 heures du matin , avec départ à 22h30! Mais il faut être prêt et organisé pour ces départs et arrivées fluctuants: Une fois sur le bateau , on oublie tous ces petits tracas! Et on se laisse bercer par le roulis, et on goûte non seulement à la délicieuse cuisine italienne, mais à cette vie très spéciale sur un cargo! J'avais prévu de lire toute une série de livre, mais finalement j'ai passé beaucoup de temps sur le pont supérieur, surtout une fois libéré de ses très nombreuses voitures, pour admirer la mer, ses couleurs toujours changeantes, ce sentiment d'être au bout du monde, avec très peu de bateaux croisés: Les heures passées sur la passerelle à discuter avec les officiers de quart sur leur métier, à regarder les cartes, à révasser en admirant la mer, ou à observer les manoeuvres d'accostage dirigées par un capitaine très concentré ont été des moments très précieux ! Un autre passager était du voyage, lui était monté à Anvers et effectuait un grand tour de 35 jours. Pour ma part ces 7 jours ont passé finalement très vite, et plus on approchait de Limassol, et plus je regrettais déjà de devoir quitter cet environnement très spécial, mais qui m'était devenu très familier! Sans aucun doute il y aura une deuxième voyage! Comme disent les jeunes c'est trop bien!!! et! [-]
- voir ce voyage
cargos 20/01/2018 5
Voyage en cargo au départ de Charleston (pavillon français)
Cette traversée Charleston-Le Havre à bord de la Traviata était ma quatrième expérience de voya...[+]
Cette traversée Charleston-Le Havre à bord de la Traviata était ma quatrième expérience de voyage en cargo et la troisième avec la CMA CGM. L’expérience inoubliable faite avec la CMA CGM sur le Fidelio (Fos-Salalah) fin 2014 n’était donc pas due à un hasard : mes cinq semaines de traversée Barcelone-Singapour début 2017 (encore sur le Fidelio) étaient extraordinaires et cette dernière traversée de l’Atlantique tout aussi magnifique. Trois fois traversées, trois commandants différents, mais à chaque fois le même accueil chaleureux et la même disponibilité pour répondre à nos questions. Le commandant et les officiers étaient français, le steward et l’équipage étaient philippins, tout le monde d’une grande gentillesse. A cette saison (décembre), les tempêtes sont fréquentes et la route a été infléchie vers le nord pour les éviter. Donc pas de désagréments particuliers, juste un roulis parfois prononcé, que pour ma part j’aime assez (il m’a manqué, quand je suis descendue à terre). Avant Le Havre, on fait escale à Southampton, Anvers, Rotterdam et Bremerhaven. C’était l’occasion de franchir le Pas-de-Calais et de voir tous ces grands ports du Nord. Anvers et Rotterdam de nuit sont fantastiques – et très beaux de jour également. À Bremerhaven, nous avons pu descendre à terre pour la journée (la ville n’est pas loin du port, contrairement à Rotterdam, par exemple). Nous avions une cabine très confortable et très claire, située à tribord (vue imprenable sur l’océan). Pour ceux qui ont des travaux en cours, un bon bureau permet d’écrire. Un salon très agréable et très clair est mis à la disposition des passagers. Il y a là de quoi se faire du thé ou du café, une table de jeux, un lecteur de DVD. J’ajoute enfin que nous avons fort bien mangé (cette fois-ci, le cuisinier était breton). Donc une merveilleuse traversée, que je recommande chaudement ! [-]
- voir ce voyage
cargos 10/01/2018 Pas de notes
voir tous les témoignages