Bruits de coursive : Edito
Accueil > Bruits de coursive > Edito > L’Antarctique

Par Frédéric Sauvadet, le 5 décembre 2014

C’était en 2006 avec le « Diamand » de la compagnie Tapis Rouge – Compagnie du Ponant, devenue depuis « Diamond » chez le spécialiste canadien de l’expédition polaire Quark Expeditions qui continue de programmer des départs francophones.
Ce que je retiens de ce voyage, c’est… la grande excitation du départ, à Ushuaia, mélangée à cette crainte de devoir franchir les 40 et 50e rugissants… Le très inquiétant passage de Drake. (Finalement le Drake fût une formalité … à l’aller !) C’est aussi la transparence de l’air, sa vibration si particulière, le souffle de la baleine qui vint caresser le flanc de mon zodiac, la marque de marée gravée par JB Charcot dans un rocher de la « baie du Français » du nom du navire (trois-mâts goélette) avec lequel l’explorateur hiverna pour la première fois avec son équipage en 1904 (hiverner en Antarctique en 1904… ça laisse songeur…). Me reviennent aussi les millions de manchots regroupés en colonie tumultueuse et joyeuse, tellement touchante, l’étroitesse du canal Lemaire où la moindre erreur de navigation serait fatale. voir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporama Comment oublier le gigantisme des glaciers tabulaires de la mer de Weddell pulvérisant le record de beauté dans la lumière australe, le silence des passagers, tous photographes, avec ou sans appareils photos, silencieux, émus aux larmes devant le balai des orques épaulards chassant les baleines… 
De toutes mes expériences en mer, ce voyage restera à jamais comme le plus fascinant avec cette impression d’avoir traversé l’univers vers un lieu vierge de peur, vierge de folie, vierge de choses à l’envers. Ici tout est à sa place dans un ordre cosmique, la beauté y est simple et omniprésente, inspirante. Alors on se retire heureux d’avoir passé une tête par cette parenthèse, espérant ne pas avoir laissé de trace qui tâcherait, avec une folle envie de dire « merci ». Et puis se taire. 
Permettez-moi de vous offrir ces quelques images qui ne sont pas protégées, faites en ce que vous voulez, le copyright n’a pas de sens, la beauté qu’elle pourrait recéler ne m’appartient pas. 
Bonnes fêtes de fin d’année, puisse 2015 vous apporter la paix et l’harmonie.