Bruits de coursive : Zoom sur un voyage
Accueil > Bruits de coursive > Zoom sur un voyage > Cap sur le bout du monde, l’Antarctique !

Cap sur le bout du monde,
l’Antarctique !


par Morgane Le Scouëzec, le 31 janvier 2018

Référence du voyage : Observation en Péninsule Antarctique


Après un long voyage au départ de Paris, j’arrive enfin au bout du monde… Ushuaia. J’ai du mal à y croire, et pourtant ! Un rêve, un autre qui se réalise. C’est le commencement de la grande aventure ! Sous un soleil étonnant, je rejoins le port. Le Plancius est là, majestueux. L’excitation monte, les questions fusent, et la principale : Comment le Drake nous accueillera-t-il ?

 

voir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporamavoir le diaporama Une fois à bord, nous rencontrons le premier officier, Jaanus, pour le briefing de sécurité ainsi que toute l’équipe d’expédition, y compris Céline, Pascaline et Lucas, nos guides francophones. Tout est minutieusement expliqué. Le capitaine Alexey nous offre ensuite une coupe de champagne lors du traditionnel cocktail de bienvenue et voilà, nous sommes parés, le navire peut quitter le port. Tout le monde s’amasse sur les coursives pour regarder le quai s’éloigner. Nous quittons notre petit bout du monde par le Canal Beagle pour aller encore plus loin, vers le passage du Drake, vers les glaces éternelles…

 

La première nuit fut un peu agitée, mais le Drake est encore assoupi. Ce mythique passage reliant le Cap Horn à l’Antarctique traverse les redoutés Cinquantièmes Hurlants et peut donc s’avérer mouvementé ! Deux journées en mer nous attendent ! Chacun vaque à ses occupations, entre les coursives et le salon d’observation, pour apercevoir les albatros, damiers du Cap et autres pétrels géants. Avec quelques vagues impressionnantes, le Drake nous rappelle tout de même que nous sommes sur son territoire et lors de cette traversée légèrement houleuse, plusieurs conférences nous préparent à ce que nous allons vivre. Ce soir, de rares noctambules s’obstinent à tenir tête à houle, ivres d’impatience.

 

Dernière ligne droite, tout est brumeux. Ce matin, on aborde le code de conduite du visiteur en Antarctique. Nous sommes maintenant prêts, informés et impatients. Et comme un miracle, ou plutôt un mirage, le ciel s’éclaire et nous dévoile un décor féerique. Les Shetlands du Sud nous saluent et laissent apparaître la majestueuse péninsule. Tout le monde se précipite sur les ponts pour s’extasier devant le ballet des baleines à bosse qui viennent nous accueillir. Puis, ô stupéfaction, ce sont les orques qui se présentent à l’avant du bateau. La croisière commence bien, une belle occasion de sabrer le champagne !

 

Le temps est au beau fixe et le restera jusqu’à la fin du voyage, par chance. Après un périple haut en couleurs, c’est l’heure du premier débarquement, de la première rencontre avec le continent immaculé. Les zodiacs s’enchaînent au pied des deux échelles de coupée pour nous emmener à terre, sur l’île Wiencke. Je m’émerveille devant les premiers manchots Papou et leurs petits qui viennent de naître. Cette première découverte nous remplit tous d’émotion. Enfin, nous y sommes. L’après-midi, on découvre le site de Port Lockroy et la pointe Jougla. Ici, les traces du passé des baleiniers sont partout, de part les ossements de baleines et les chaînes d’amarrage restés là. Et ce soir, certains courageux vont camper à terre avec Nacho, le guide argentin en charge du bivouac, et Lucas. Une nuit hors du temps dans le silence et l’immensité de l’Antarctique…

 

C’est ensuite le moment de passé le Canal Lemaire, de naviguer à travers les icebergs à la dérive et de se glisser jusqu’aux deux lieux d’hivernage de Charcot. Tout d’abord, l’île Booth. Nous montons jusqu’au cairn où sont inscrits les noms des membres de l’expédition de 1904. De là, la vue sur un « cimetière d’icebergs » est époustouflante. Ensuite, l’île Petermann, où le « Pourquoi Pas ? » hiverne en 1909. Là, une autre marche mène à une vue imprenable sur cet irréel infini. On aperçoit en contrebas les kayakistes pagayer au milieu des énormes glaçons. Puis de nouvelles découvertes, celles des manchots Adélie, éléphants de mer, phoques crabiers et cormorans à yeux bleus… Comme la veille, la fatigue a raison de beaucoup. Quelques oiseaux de nuit jouent guitare, ukulélé et harmonica dans le salon d’observation jusqu’au couché tardif du soleil.

 

A Cuverville, les plus téméraires piquent une tête dans l’eau glaciale de l’océan Austral et croyez-moi, à zéro degré, la baignade est rafraîchissante ! Viens ensuite un moment tout à fait particulier, celui de l’excursion en zodiac. D’une simple exploration je suis revenue transcendée. Crescendo, quelques baleines se montrent, se pavanent même. Nous les suivons, exaltés, presque fébriles dans l’attente de les voir jaillir. Plus loin, sans crier gare, à quelques dizaines de mètres du zodiac, un immense pan de glacier se détache dans un fracas grondant, s’enfonce dans les bas-fonds pour ressurgir de l’eau telle une fusée envoyée en orbite. Sa rechute crée un petit tsunami qui n’a fait peur qu’à moi, car après s’être extasié devant le spectacle grandiose, notre pilote nous a éloigné des remous sans encombre. Nous remontons sur le navire lessivés de bonheur.

 

Derniers débarquements à Neko Harbour et sur l’île Danco. L’occasion de dire au revoir à ces terres qui m’ont marquées à jamais. Le temps doucement s’assombri, comme pour refléter la morosité qui me submerge. Les flocons de neige et la grisaille nous montrent une autre facette de l’Antarctique, que j’aime aussi.

 

Mais pour se remonter le moral, l’équipage nous offre un barbecue sur le pont arrière du Plancius, avec vue sur les icebergs et les baleines. Un moment inoubliable qui termine en soirée dansante ; viandes grillées, rock’n’roll, bonnet et gore-tex !

 

Le lendemain, la neige obstrue l’horizon. Ce décor est énigmatique et je suis contente de le voir au moins une fois avant de partir. Le capitaine nous autorise une dernière sortie en zodiac en matinée avant de lever l’ancre vers le Nord, avant de quitter pour de bon le septième continent. Les deux jours de traversées retour sont remplis de nostalgie, mais nous sommes tous si heureux et reconnaissants de l’expérience qu’il nous a été donné de vivre ! Quelques films et conférences occupent les journées en mer et pour couronner ce voyage remarquable, le capitaine obtient l’autorisation d’approcher le Cap Horn ! Nous devenons donc tous des cap-horniers ! (peut-on mettre cela sur le CV ?)

Puis le moment tant redouté des adieux au Plancius, à l’équipage, à l’équipe d’expédition et aux compagnons d’aventure arrive. Le Plancius est amarré à Ushuaia, à nouveau, prêt pour la suite de ses aventures.

Quant à moi, je débarque avec un dernier coup d’œil à ce bateau que j’ai tant aimé habiter. Les souvenirs se bousculent déjà et plus vite que je n’aurais pu l’imaginer, me voici de retour à Paris.

 

Observation en Péninsule Antarctique
15 jours
En savoir +